NOUVELLES
11/03/2016 08:25 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Yémen: les loyalistes progressent autour de Taëz assiégée

Les forces progouvernementales au Yémen ont repris du terrain vendredi autour de Taëz (sud-ouest), la troisième ville du pays assiégée depuis des mois par des rebelles chiites soutenus par l'Iran, selon un responsable.

Soutenues par l'aviation de la coalition arabe sous commandement saoudien, les forces loyalistes ont repris d'importantes positions dans les banlieues ouest et sud de Taëz et "rouvert des axes routiers que les (rebelles) Houthis bloquaient depuis neuf mois", a déclaré à l'AFP le gouverneur de Taëz, Ali al-Maamari, qui vit en exil en Arabie saoudite.

Une source dans l'armée a confirmé notamment la reconquête de la localité d'Al-Mesrakh, au sud de Taëz, au terme de violents combats qui ont fait ces derniers jours des dizaines de morts et de blessés dans les ceux camps.

Pour la seule journée de vendredi, au moins 57 personnes ont été tuées, dont 37 rebelles, 14 combattants loyalistes et 6 civils, ont indiqué des sources militaires progouvernementales.

Devant la progression des loyalistes, des dizaines de véhicules militaires transportant des rebelles ont quitté Taëz par l'ouest et pris la direction de Hodeida, une ville portuaire sur la mer Rouge tenue par les Houthis et leurs alliés, des unités de l'armée restées fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, ont indiqué des témoins.

Ces développements devraient permettre "l'acheminement de vivres et de médicaments" aux quelque 200.000 habitants de Taëz, victimes du siège imposé à leur ville, a indiqué le gouverneur.

Taëz est située entre la capitale Sanaa (nord), contrôlée depuis septembre 2014 par les Houthis, et la ville portuaire d'Aden (sud), reconquise par les forces progouvernementales en juillet et déclarée "capitale provisoire" du pays par les autorités reconnues par la communauté internationale.

Selon l'ONU, le conflit au Yémen a fait plus de 6.100 morts, dont près de la moitié de civils, depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabo-sunnite menée par Ryad.

bur-mou/tm/bpe