NOUVELLES
11/03/2016 14:08 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Un Canadien inculpé pour avoir tenté de faire le jihad

Un Canadien de 28 ans a été formellement inculpé vendredi à Montréal pour "avoir tenté de quitter le Canada afin de participer à une activité d'un groupe terroriste", un chef d'inculpation pour lequel il risque une peine maximale de 10 ans de prison.

Placé en détention, Ismaël Habib "est également accusé d'avoir fait une fausse déclaration en vue d'obtenir un passeport", a indiqué la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale).

Son passeport lui avait été retiré en 2012 après avoir été intercepté en Turquie et expulsé au Canada. Selon les médias locaux, M. Habib, né d'un père afghan et d'une mère québécoise, cherchait à rejoindre la Syrie que son épouse et sa fille de 5 ans auraient gagné il y a environ un an.

L'homme est inculpé dans le cadre de la loi antiterroriste qui permet de porter des accusations contre toute personne soupçonnée d'"une participation à une activité d'un groupe terroriste", selon le code criminel.

Cela vise également les cas où un individu "quitte ou tente de quitter le Canada".

"Cette affaire est un exemple concret de la détermination de la GRC et de ses partenaires à enquêter sur les personnes qui menacent la sécurité nationale du Canada et à les traduire en justice", a déclaré James Malizia, commissaire adjoint de la police fédérale.

Depuis deux ans, plusieurs Canadiens, parfois des mineurs, ont été incarcérés sous le même chef d'inculpation d'avoir tenté de rejoindre les rangs du groupe Etat islamique (EI).

En mars l'an dernier, un jeune de 17 ans avait été intercepté en Alberta (Ouest). Un mois plus tard, c'est une jeune fille et son compagnon, tous deux âgés de 18 ans, qui avaient été inculpés pour avoir cherché "à quitter le pays pour commettre un acte terroriste à l'étranger", avait indiqué la GRC.

Ces deux jeunes étaient scolarisés dans le même lycée de Montréal que cinq jeunes d'un groupe de sept, issus de la seconde génération de l'immigration, qui avaient réussi à embarquer début 2015 pour Istanbul afin de rallier les combattants de l'EI, avaient témoigné certains parents.

mbr/faa