NOUVELLES
11/03/2016 09:02 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Turquie: la police disperse une manifestation à la mémoire d'un adolescent mort en 2014

La police turque a dispersé vendredi avec des gaz lacrymogènes des manifestants réunis à Istanbul à la mémoire d'un adolescent de 15 ans dont la mort, il y a deux ans jours pour jour, a nourri la révolte contre le régime du président Recep Tayyip Erdogan.

Des affrontements ont ensuite opposé les forces de l'ordre à des groupes de militants d'extrême gauche armés de pierres et de cocktails Molotov dans le quartier d'Okmeydani, dont la victime était originaire, a constaté un photographe de l'AFP.

Au moins trois manifestants ont été interpellés, selon ce photographe.

Berkin Elvan avait été grièvement blessé à la tête en juin 2013 par un tir de grenade lacrymogène alors qu'il sortait chercher du pain pendant une intervention de la police dans son quartier, lors de la fronde qui a fait tanguer le régime de M. Erdogan.

Sa mort le 11 mars 2014, après un coma de 269 jours, avait fait spontanément descendre dans les rues de toutes les grandes villes de Turquie des centaines de milliers de personnes qui ont dénoncé le gouvernement du Premier ministre Erdogan, aujourd'hui chef de l'Etat.

Vendredi à la mi-journée, quelque 200 personnes réunies à l'appel du collectif Taksim Solidarité, à l'origine des manifestations de 2013, ont accompagné les parents de la victime au cimetière où il est enterré et exigé la vérité sur sa mort.

La justice a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de son décès mais aucun policier n'a pour l'heure été formellement mis en cause.

Le cas de Berkin Elvan est devenu un symbole de la violente répression exercée en 2013 par M. Erdogan, qui avait qualifié l'adolescent de "terroriste".

Au moins huit personnes avaient alors été tuées, plus de 8.000 blessées et des milliers d'autres arrêtées, selon les bilans des ONG.

pho-pa/ib