NOUVELLES
11/03/2016 02:48 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Réunion de responsables sociaux-démocrates européens samedi à Paris

Une quinzaine de dirigeants et responsables sociaux-démocrates européens se retrouvent samedi à Paris à l'invitation du président socialiste François Hollande avec l'ambition de "redéfinir un projet" pour l'Union européenne, a-t-on appris vendredi dans l'entourage du chef de l'Etat français.

Les Premiers ministres italien Matteo Renzi, portugais Antonio Costa, maltais Joseph Muscat, le chancelier autrichien Werner Faymann et le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel sont annoncés.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, du parti de gauche radicale Syriza, est invité "à titre d'observateur".

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici ou le président du Parlement européen Martin Schulz seront également présents, tout comme le chef de la diplomatie luxembourgeoise Jean Asselborn et le député néerlandais Diederik Samsom.

"L'Europe a passé beaucoup de temps sur des sujets d'actualité -la Grèce, les migrants, les réfugiés- mais le moment est venu de remettre à l'ordre du jour d'autres sujets, pour que les Européens retrouvent des perspectives, un agenda de croissance", explique l'entourage de François Hollande.

La situation est "préoccupante", fait-on valoir, qu'il s'agisse de la croissance "trop faible", du chômage ou du manque de confiance, sur fond de "menaces sécuritaires, d'inquiétudes sur la question des migrants et des réfugiés et de populismes qui montent".

François Hollande avait réuni à plusieurs reprises les hauts responsables sociaux-démocrates européens dans un format similaire à l'Elysée en 2014 pour préparer des sommets européens, avant que cette initiative ne tombe en désuétude.

Elle est ainsi relancée avant un nouveau sommet européen les 17 et 18 mars à Bruxelles pour tenter de trouver un accord avec la Turquie sur le contrôle des flux migratoires.

Samedi, ils plancheront sur un "nouveau modèle de croissance" en Europe, l'"accompagnement" des réformes conduites par les Etats membres, l'"accélération de la mise en oeuvre des investissements" mais aussi le programme de la deuxième partie du mandat de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne.

Le second sujet, poursuit-on, sera la "relance de l'Europe" sur fond de crise des migrants avec la "lutte contre les populismes et les extrémismes" et l'objectif d'"éviter que le débat lancé par les Britanniques pour eux-mêmes (sur leur éventuel sortie de l'UE) ne devienne un débat général".

Il s'agira plutôt de "discussions politiques" que d'établir un "plan général".

ha/glr/chp/jh