NOUVELLES
11/03/2016 12:42 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Les douaniers soutenaient qu'il y avait de la drogue dans les cendres de son ami

HALIFAX — Un voyageur britannique a été détenu pendant six jours dans «une petite cellule» à Terre-Neuve-et-Labrador parce que les douaniers canadiens soutenaient, à tort, que les cendres de son ami décédé récemment contenaient de la drogue.

Russell Laight, âgé de 41 ans, se dirigeait vers Halifax, le 2 mars dernier, lorsque son vol a été dérouté vers Saint-Jean, à cause du mauvais temps. 

Il soutient qu'après son arrivée, des agents des services frontaliers l'ont prévenu que la présence de la drogue kétamine avait été détectée dans les cendres de son ami, qu'il venait remettre à des amis d'enfance en Nouvelle-Écosse.

Arrêté, accusé puis emprisonné, M. Laight soutient qu'on lui a réclamé une forte caution pour sa libération, et qu'il a refusé de payer parce qu'il croyait être innocenté rapidement. Selon lui, les autorités auraient dû en effet procéder automatiquement à un nouveau test afin de corroborer ou d'infirmer les résultats du premier.

Dans un entretien téléphonique accordé depuis la résidence d'un ami à Halifax, M. Laight soutient que sa détention à Saint-Jean a été pénible et traumatisante, qu'il y a laissé sa première semaine de vacances et que les agents correctionnels refusaient de l'entendre plaider son innocence.

À la demande de ses amis à Halifax, un nouveau test a été mené par Santé Canada, qui s'est révélé négatif, selon M. Laight.

«On peut se demander pourquoi le premier test avait pu être positif.» Lors de sa détention, des membres de la famille du défunt ont aussi rapidement produit des documents officiels qui dressaient la liste des médicaments contre le cancer que le malade prenait avant sa mort.

M. Laight a finalement gagné Halifax sans les cendres de son ami — il les attend toujours, d'ailleurs. Il reconnaît cependant qu'il aurait dû remplir les documents requis pour le transport de restes humains.