NOUVELLES
11/03/2016 08:02 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Le monde remarque la camaraderie entre Justin Trudeau et Barack Obama

TORONTO — La nouvelle camaraderie entre le couple présidentiel des États-Unis et le premier ministre canadien et son épouse a retenu l'attention partout dans le monde.

Des médias internationaux aux États-Unis et ailleurs ont tous fait remarquer la bonhommie entre Justin Trudeau, Barack Obama et leur épouse lors de la visite officielle de jeudi et le dîner d'État à la Maison-Blanche.

L'événement glamour a été décrit à la fois comme une «réunion de famille» et une «rencontre chaleureuse» et les journaux ont tracé des parallèles entre les deux leaders mondiaux plutôt à gauche.

Des médias au Royaume-Uni et en Chine ont aussi couvert la visite, positionnant fréquemment M. Trudeau comme successeur de Barack Obama en ce qui a trait à la lutte contre les changements climatiques et à d'autres causes partagées.

Sophie Grégoire a aussi retenu l'attention.

Les médias ont rapporté ses interactions amicales avec la première dame, mais ont gardé la majeure partie de leur couverture exaltée pour ses choix vestimentaires.

«Rencontrez Sophie Trudeau du Canada, la première dame la plus "hot" de la planète», titrait le New York Post.

L'article racontait ensuite sa vie avant et après qu'elle soit devenue la femme du premier ministre. D'autres profils ont pris un angle plus restreint, alors que des articles dans le New York Times et le Washington Post étaient largement consacrés à sa robe de soirée du designer Lucian Matis et contenaient des remarques incrédules sur le fait que le Canada puisse être une force sur la scène de la mode.

Un ton plus moqueur transparaissait d'autres aspects de la couverture du dîner d'État. Un article dans The Guardian indiquait qu'avec M. Trudeau, M. Obama avait trouvé le Robin de son Batman.

Mais la plupart du temps, la relation entre les deux hommes a été traitée de façon plus sérieuse.

Un grand titre de CNN a annoncé que M. Obama avait trouvé «un chef d'État à son image» alors que The Guardian décrivait le premier ministre comme «un ami sur qui on peut compter» pour la promotion de causes libérales sur la scène internationale.

L'annonce conjointe sur les changements climatiques faite plus tôt au cours de la journée a aussi reçu sa part de couverture médiatique, qui a retenu notamment l'attention de l'agence de nouvelle chinoise Xinhua.