NOUVELLES
11/03/2016 05:14 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

La décision de la Commission de Venise "défavorable à la Pologne" (vice-ministre)

L'avis rendu vendredi par la Commission de Venise, organe consultatif du Conseil de l'Europe, sur l'affaire du Tribunal constitutionnel polonais est "défavorable à la Pologne", a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires européennes, Konrad Szymanski.

Le texte qui doit être rendu public à 15H00 GMT, comprend un passage affirmant que "la démocratie en Pologne est menacée", une formulation atténuée par rapport au projet de texte initial, a indiqué à Venise M. Szymanski interrogé par les télévisions polonaises.

"La Commission de Venise aurait pu jouer un rôle pour faciliter la solution de la crise constitutionnelle en Pologne. Elle n'a pas saisi cette occasion. C'est une opportunité manquée, car elle n'a fait que répéter des arguments qui sont présents dans le débat polonais depuis très longtemps" a dit le vice-ministre, estimant qu'une partie du texte ne faisait que "copier la position d'une seule partie".

"Cette opinion ne fera que renforcer l'opposition (politique polonaise - NDLR) dans la conviction que cette affaire peut être réglée avec (...) l'ingérence d'organisations internationales ou européennes", a-t-il poursuivi.

Il a cependant souligné que la Pologne prenait au sérieux les recommandations de la Commission en matière législative et qu'elles seraient utilisée lors de travaux du parlement à Varsovie.

Enfin, le vice-ministre a redit que la nature du différend était politique et que la solution, politique, devait être trouvée à Varsovie, affirmant que l'opposition restait fermée aux propositions de compromis du pouvoir. "L'opposition rejette tout", a-t-il dit.

A Varsovie, le chef de la diplomatie polonaise Witold Waszczykowski, a souligné que la Commission avait émis une "opinion" et non une "décision" et que la Pologne allait "polémiquer" avec ce texte, et "poursuivre le dialogue".

via/pjl