POLITIQUE
11/03/2016 07:06 EST | Actualisé 11/03/2016 11:18 EST

La compagnie VIA Rail estime important de revenir en Gaspésie

Radio-Canada.ca

La compagnie VIA Rail Canada estime important de revenir en Gaspésie, même si le service est déficitaire de plusieurs millions de dollars chaque année. Elle maintient sa volonté de reprendre le service de train de passagers en Gaspésie et ouvre la porte aux wagons autorails.

Les choses semblent bouger du côté fédéral.

VIA Rail ne se rend plus à Gaspé depuis cinq ans et à New Carlisle depuis deux ans et demi.

Selon le président et chef de la direction de VIA Rail, Yves Desjardins-Siciliano, le transporteur estime que le parcours Montréal-Gaspé coûtait 7 millions et demi de dollars à exploiter annuellement, mais ne générait qu'un million et demi de revenus.

La compagnie compte tout de même revenir en Gaspésie dès que le tronçon sera réparé au coût de 86 millions de dollars, selon une récente étude.

« Ce n'est pas différent d'autres services régionaux de VIA Rail à travers le Canada, où la population locale ne peut pas supporter tous les coûts. C'est pour ça que c'est un service public et non pas un service privé. »

— Yves Desjardins-Siciliano, président et chef de la direction de VIA Rail

Les wagons autorails : plus légers

Pour accélérer la reprise du service, des citoyens proposent d'utiliser des wagons autorails, plus légers.

« Le gouvernement fédéral et les deux députés, Diane Lebouthillier et Rémi Massé, sont embarqués là-dedans, indique le porte-parole de la Coalition des Gaspésiens pour l'avenir du Rail, Gilles Lamy. Il y a eu des demandes faites à Développement économique Canada pour avoir l'argent pour faire une étude sur ces voitures-là. »

Mais avant de penser aux wagons, il faut d'abord réparer les ponts. « Il n'y a pas de compromis à faire pour rafistoler quelque chose qui n'est pas solide », mentionne Yves Desjardins-Siciliano.

Participation du fédéral sollicitée

Le gouvernement du Québec, qui est propriétaire du rail, souhaite que le fédéral s'implique financièrement.

Selon le député de Bonaventure, Sylvain Roy, une rencontre avec le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a été proposée par Diane Leboutillier, pour les députés de la Gaspésie et le ministre des Transports du Québec, Jacques Daoust.

La députée-ministre Diane LeBouthillier a d'ailleurs déjà interpellé VIA Rail.

D'après un reportage de Pierre Cotton