NOUVELLES
11/03/2016 13:08 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

L'Amérique fait ses adieux à Nancy Reagan, inhumée avec son époux

L'Amérique a fait ses derniers adieux vendredi à Nancy Reagan, qui a redéfini le rôle d'une Première dame aux Etats-Unis, lors d'une messe d'enterrement en Californie en présence de nombreuses personnalités du monde politique et d'Hollywood.

L'actuelle Première dame Michelle Obama, les ex-présidents Jimmy Carter et George W. Bush, l'ex-secrétaire d'Etat et candidate à la présidentielle Hillary Clinton, le gouverneur de Californie Jerry Brown et son prédécesseur star de films d'action Arnold Schwarzenegger faisaient partie d'un parterre d'un millier d'invités.

Caroline Kennedy, fille de l'ex-président assassiné, les acteurs Gary Sinise, Tom Selleck et John Stamos étaient également présents à la bibliothèque Ronald Reagan, surplombant la verdoyante Simi Valley.

C'est sur cette colline à une heure au nord de Los Angeles (ouest des Etats-Unis) que repose déjà l'ancien président Ronald Reagan, décédé le 5 juin 2004.

L'ex-starlette d'Hollywood, qui a accompagné l'ascension politique de son mari, voulait être inhumée à son côté lors d'une cérémonie qu'elle avait prévue dans les moindres détails, jusqu'à la liste des invités.

"Ma mère n'aimait rien tant qu'une belle fête. Ceci n'est pas une tragédie, c'est une célébration", a déclaré Ron Reagan, fils de l'ex-couple présidentiel, pendant la cérémonie qui a démarré à 11H00 (19H00 GMT).

Après environ une heure trente de prières, chants et hommages, les invités ont défilé devant le cercueil pour se recueillir.

Pendant la cérémonie, l'ancien secrétaire d'Etat James Baker a décrit Nancy Reagan comme "une femme belle, intelligente, gracieuse", "sans qui Ronald Wilson Reagan ne serait jamais devenu président des Etats-Unis".

- Dame de fer -

L'ex-journaliste vedette Tom Brokaw a raconté son amitié avec l'ex-première Dame et décrit comment il avait été envoyé à 26 ans suivre la campagne de Ronald Reagan pour le poste de gouverneur de Californie par des rédacteurs en chef qui lui disaient qu'il n'avait "aucune chance".

Plus tard, lorsque Reagan était devenu président, le journaliste s'est souvenu avoir eu maille à partir avec elle, après un commentaire sur son mari qui lui avait déplu.

"James Baker m'a dit qu'il valait mieux que j'évite la Maison Blanche pour un moment", a-t-il raconté, déclenchant les rires de l'assemblée.

Ses enfants l'ont décrite comme une dame de fer: Ron, 57 ans, a ironisé sur le fait que "même Dieu n'aurait pas forcément eu l'audace de se disputer avec Nancy Reagan".

"Elle pouvait être une vraie teigne" mais c'était "pour que Ronald n'ait pas à l'être", a-t-il ajouté.

Patti Davis a évoqué avec émotion sa relation parfois orageuse avec sa mère: "je la poussais à bout et elle m'intimidait (...) mais il y a eu ces moments dans notre histoire où tout n'était qu'amour".

Agée de 63 ans, en tailleur noir et longs cheveux auburns, elle s'est notamment souvenue de celle qui la rassurait en la conduisant à l'hôpital quand elle s'était blessée enfant, ou qui la consolait d'une peine de coeur sans la juger lorsqu'elle avait 19 ans.

Tous ont décrit l'amour qui unissait le couple Reagan, la bulle de complicité impénétrable qui semblait les entourer.

Décédée dimanche à Los Angeles d'une insuffisance cardiaque, elle est entrée dans l'histoire pour avoir profondément "redéfini le rôle de Première dame", comme l'a souligné Barack Obama, pendant le double mandat de son mari entre 1981 et 1989.

Dans l'ombre, elle a eu une forte influence sur les choix politiques de son époux, notamment sur certains membres du cabinet ou certaines décisions dans les dernières heures de la Guerre Froide.

A la Maison Blanche, parée de son emblématique brushing, elle a aussi voulu raviver le glamour des années Kennedy, tout en essuyant des critiques pour y avoir introduit l'astrologie.

Elle a aussi été unanimement louée pour son engagement dans la lutte contre le cancer, les drogues ou la maladie d'Alzheimer, dont est mort Ronald Reagan à 93 ans. Allant jusqu'à hérisser le parti républicain en se déclarant favorable à la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Née Anne Frances Robbins à New York, le 6 juillet 1921, d'un père vendeur de voitures et d'une mère actrice, elle rejoint Hollywood à 28 ans. C'est là qu'elle rencontre Ronald, divorcé depuis un an de l'actrice Jane Wyman: le début d'une histoire d'amour de plus d'un demi-siècle avec le "Cowboy d'Hollywood".

spc-ved/are