Vivre

Le plaisir gourmand selon Andrea Jourdan

Le Québec regorge de petits producteurs émérites, mais c’est dans le but de faire voyager les Montréalais et de présenter ce que le monde a de meilleur à offrir, en matière de produits fins, que la chef Andrea Jourdan a ouvert sa toute première boutique gourmande.

Après avoir voyagé et habité aux quatre coins de la planète, l’auteure de nombreux livres de recettes a déposé ses valises au Marché Jean-Talon.

« Le concept est simple, c’est écrit dans la vitrine : “La vie est belle”. Surtout dans la cuisine! On veut donc rendre les gens heureux en leur faisant découvrir la meilleure sélection de produits fins de partout dans le monde », explique Mme Jourdan, au lendemain de l’ouverture officielle de sa boutique.

Certes, la chef originaire de Baie-Comeau n’a pas « regardé à la dépense » en sélectionnant uniquement la crème de la crème, mais elle assure que ses prix demeurent abordables et concurrentiels.

« On m’a demandé pourquoi j’ouvrais une épicerie fine, pour ne pas dire de luxe, alors que l’économie ne va pas très bien? Justement! Les gens ne pourront peut-être pas changer leur voiture pour une BMW cette année, mais ils peuvent payer 10 $ pour un produit merveilleux à déguster », estime-t-elle.

« Ce sont des petites gâteries accessibles », poursuit celle qui vient tout juste de lancer son 100e livre en carrière, Irrésistible Érable!.

Exclusivités et créations originales

Au travers des riz ancestraux indiens, des huiles d’olive italiennes, des chocolats fins hongrois et des pâtes bretonnes, plus de 200 créations originales sont signées Andrea Jourdan.

La confiseuse de métier propose donc une sélection de beurres aromatisés, de mueslis, de plats préparés, de soupes maison et, bien sûr, de confitures (dont son porte-étendard, son plus gros vendeur et sa plus grande fierté : la confiture fraise-basilic-vodka).

« On a aussi des produits que certains producteurs d’ici et d’ailleurs font avec nous ou pour nous », précise Mme Jourdan, faisant référence entre autres à Bilboquet pour les glaces et Amaz Chocolate (Pérou) pour les tablettes de cacao aromatisées.

« C’est ça la mondialisation. La preuve qu’il n’y a pas que des histoires horribles », poursuit-elle.

D’ailleurs, 90 % des produits offerts en boutique sont des exclusivités que Mme Jourdan a fait venir expressément ou qu’elle fabrique sur place et qui sont vendues nulle part ailleurs.

Ateliers participatifs

Parce qu’elle possède une belle et grande cuisine ouverte à même sa boutique, la chef propriétaire entend offrir des ateliers de cuisine dès l’automne prochain.

« On veut démocratiser la cuisine, la rendre accessible. La passation du savoir en cuisine semble avoir sauté une génération. La transmission des traditions a été coupée, mais on veut rétablir tout ça, parce qu’il y a une nouvelle génération à qui ça manque », explique-t-elle.

Les ateliers pouvant accueillir une douzaine de personnes seront donc offerts par Andrea Jourdan elle-même, ainsi que certains chefs invités, dont le maître chocolatier italien Andrea Slitti, qui sera de passage à la boutique cet été pour répondre aux questions des curieux.

« On veut garder les cuisines ouvertes pour que les gens nous voient travailler et qu’ils viennent nous poser des questions. On veut que les gens aient accès au savoir », conclut Andrea Jourdan.

Le plaisir gourmand selon Andrea Jourdan