NOUVELLES
11/03/2016 02:16 EST | Actualisé 12/03/2017 00:12 EST

Birmanie: le candidat de Suu Kyi franchit la 1ère étape du vote, l'armée révèle son candidat

Le candidat du parti d'Aung San Suu Kyi pour le poste de président de la Birmanie a fait une première apparition publique vendredi, pour assister au vote de la chambre basse en sa faveur.

Vêtu d'un longyi, la jupe traditionnelle birmane portée y compris par les responsables officiels, Htin Kyaw est arrivé dans le complexe parlementaire avec celle dont le parti, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), a remporté haut la main les législatives historique de novembre 2015.

Les élus de la chambre basse ont largement voté en sa faveur, avec 274 voix pour, contre 29 allant au candidat du parti du pouvoir sortant, l'USDP, battu à plates coutures aux législatives.

La NLD avait proposé jeudi le nom de ce fidèle compagnon de dissidence pour devenir président à la place de la prix Nobel de la paix, dont la route est barrée par une Constitution héritée de la junte.

Elle interdit en effet la fonction à quiconque a des enfants de nationalité étrangère, ce qui est le cas d'Aung San Suu Kyi, qui a deux fils britanniques.

Celle, qui a jusqu'au dernier moment espéré réussir à faire modifier la Constitution, a déjà prévenu qu'elle serait "au-dessus" du président.

Pour cela, il lui a fallu choisir un fidèle, loyal mais également crédible, trouvé dans la personne de ce fils d'un écrivain birman renommé et un ami d'enfance, qui est aujourd'hui une des chevilles ouvrières de sa Fondation philanthropique.

Htin Kyaw se chargea occasionnellement de jouer les chauffeurs personnels de Suu Kyi après sa sortie de résidence surveillée en 2010, une fonction clef à une époque où la Birmanie était soumis à un régime militaire dur et où la sécurité de la Dame de Rangoun était précaire.

Ultra-majoritaire à la chambre basse du Parlement, malgré la présence d'un quart de députés militaires non élus, la NLD était certaine de pouvoir faire élire Htin Kyaw, qui doit remplacer début avril le président sortant, Thein Sein, ancien général de la junte chargé de la transition depuis 2011.

La chambre haute du Parlement, également dominée par la NLD, devrait, sauf surprise, également élire le candidat du parti, qui deviendra vice-président.

Un troisième candidat a été proposé, par les députés militaires non élus, qui deviendra lui aussi normalement vice-président.

Il s'agit de Myint Swe, un ancien général considéré comme un proche de l'ancien homme fort de la junte, Than Shwe, ont révélé les militaires vendredi.

Après Htin Kyaw doit encore passer une ultime étape, dans quelques jours: il doit être élu lors d'une session conjointe des deux chambres.

Aung San Suu Kyi n'a toujours pas précisé si elle serait ministre du gouvernement qui doit être formé pour début avril ou tirerait les ficelles de l'exécutif depuis son poste de députée.

hla-klm-dth/ros