NOUVELLES
10/03/2016 00:49 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

Thaïlande: l'ex-Premier ministre Thaksin accuse la junte de vouloir s'accrocher au pouvoir

L'ex-Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra, en exil depuis un coup d'Etat en 2006, a accusé mercredi la junte militaire au pouvoir en Thaïlande de chercher à "rester aussi longtemps que possible", malgré les promesses d'élections en 2017.

"Ils donnent l'impression de gens qui voudraient rester aussi longtemps que possible au pouvoir", a-t-il déclaré à New York devant quelques médias dont l'AFP, après avoir participé au World Policy Forum.

Le milliardaire sort depuis peu de son silence pour critiquer le régime en place à Bangkok depuis un coup d'Etat mené en 2014 au nom de la défense de la monarchie après des mois de manifestations contre le gouvernement de sa soeur Yingluck, qui était accusée d'être sa marionnette.

Il a confié "ne pas croire" aux promesses de la junte d'élections en 2017, un engagement récemment rappelé par le président Barack Obama au chef de la junte thaïlandaise, le général Prayut Chan-O-Cha.

Il a aussi critiqué le projet de nouvelle Constitution, censée verrouiller la scène politique et rendre difficile tout retour aux manette des Shinawatra, qui ont remporté toutes les élections nationales depuis 2001.

Lors de son interview accordée à New York, il a assuré "ne pas se mettre hors jeu", sans avoir pour autant l'ambition de redevenir Premier ministre.

"J'ai 67 ans, je veux vivre en paix", a assuré celui qui continue de cristalliser les passions politiques en Thaïlande. Il reste très influent en Thaïlande et la bête noire des élites conservatrices comme l'armée.

Son intervention publique à New York a fait descendre dans la rue ses partisans et détracteurs. Les uns brandissaient des pancartes le décrivant comme un héros de la "démocratie", les autres "le politicien le plus corrompu et diabolique", en allusion à sa condamnation pour corruption, que lui-même juge politique.

Thaksin, sous le coup de poursuites pour lèse-majesté après une interview en 2015, s'est également exprimé sur le sujet tabou de la succession du roi Bhumibol Adulyadej, âgé de 88 ans et hospitalisé depuis des mois.

Thaksin s'est dit confiant en "une transition en douceur", avec l'arrivée sur le trône du prince Maha Vajiralongkorn, 63 ans.

"Mais je souhaite longue vie au roi", a prudemment ajouté Thaksin, alors que les peines de prison pour lèse-majesté en Thaïlande sont très lourdes.

Il a également dit son inquiétude pour sa soeur Yingluck, qui risque plusieurs années de prison à l'issue d'un procès pour négligence en cours à Bangkok. Contrairement à son frère, elle a dit qu'elle ne s'exilerait pas pour échapper à la prison.

jm-dth/tib/ros