NOUVELLES
09/03/2016 23:02 EST | Actualisé 10/03/2017 00:12 EST

Russie: les bureaux d'une ONG attaqués après l'agression de journalistes européens (ONG)

Les bureaux d'une des rares ONG travaillant encore en Tchétchénie ont été attaqués dans la nuit par des hommes cagoulés dans la république voisine d'Ingouchie, quelques heures après l'agression de journalistes européens et de militants des droits de l'Homme, a annoncé jeudi l'organisation.

Les locaux de l'ONG Comité contre la torture ont été investis dans la nuit de mercredi à jeudi par des hommes armés et cagoulés à Karaboulak en Ingouchie, selon des images de vidéosurveillance diffusées en ligne par les militants.

"Des hommes armés sont arrivés dans cinq voitures à notre appartement. L'un d'entre eux a cassé la caméra de l'entrée et trois autres sont passés par la fenêtre", a indiqué sur Twitter Dmitri Outoukine, juriste membre de l'organisation particulièrement active dans le Caucase russe.

Une autre vidéo diffusée par l'ONG montre un homme masqué et armé tenter d'enfoncer sans succès la porte des locaux de l'organisation.

Quelques heures avant ces attaques, un groupe de journalistes et de militants de l'ONG avait été passé à tabac par des inconnus et leur minibus incendié sur la route de Grozny, capitale de la Tchétchénie.

Deux des cinq journalistes -- de nationalité norvégienne et suédoise -- faisant partie de ce groupe de neuf personnes ont été hospitalisés à la suite de cet incident, ainsi que le chauffeur du minibus.

Selon M. Outoukine, une enquête pour vandalisme et "dégradation volontaire de biens privés" a été ouverte à la suite de cette agression qui s'est déroulée à 500 mètres du point frontière permettant le passage de l'Ingouchie à la Tchétchénie.

Interrogé, le Comité d'enquête de l'Ingouchie, petite république russe du Caucase, s'est refusé à tout commentaire.

La visite en Tchétchénie organisée par le Comité contre la torture devait permettre à des journalistes de rencontrer des victimes de violations des droits de l'Homme dans cette région reculée du Caucase russe.

pop/kat/de

TWITTER