NOUVELLES
10/03/2016 07:10 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

RDC/élections: le Parlement européen demande le respect de la Constitution

Le Parlement européen a demandé jeudi au pouvoir en République démocratique du Congo de "respecter la Constitution", dans la perspective des élections prévues à la fin 2016, et de libérer tous les prisonniers politiques.

Dans une résolution votée en séance plénière à Strasbourg, les députés européens se disent "profondément préoccupés" par la détérioration de la situation sécuritaire et des droits de l'homme en RDC.

Il est "de la responsabilité du gouvernement de prévenir tout approfondissement de la crise politique actuelle et toute escalade de la violence et de respecter, protéger et promouvoir les droits civils et politiques de ses citoyens", estiment-ils.

Le Parlement invite en particulier les autorités congolaises à "se conformer à la Constitution, et à garantir un environnement propice à des élections transparentes, crédibles et inclusives, prévues pour novembre 2016".

La perspective de la tenue de ce scrutin semble s'éloigner chaque jour davantage et l'opposition accuse le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001 et dont le mandat s'achève en décembre, de manoeuvrer pour contourner l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter.

La constitution congolaise, adoptée et promulguée en février 2006, limite à deux mandats consécutifs l'exercice du pouvoir présidentiel.

"Nous sommes à neuf mois des élections et aucun signe clair n'est donné sur leur organisation. Pire, tout laisse penser que tout est fait pour qu'elles n'aient pas lieu dans les délais prévus, ce qui permettrait à M. Kabila de garder la main mise sur le pouvoir en dépit des règles constitutionnelles", a déploré l'eurodéputée socialiste Marie Arena, à l'initiative du texte.

Dans leur résolution, les eurodéputés réclament également "la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers politiques".

Enfin, ils demandent à l'Union européenne d'"envisager" d'imposer des "sanctions ciblées" contre les responsables des violences en RDC, y compris des interdictions de voyage et des gels d'avoirs.

agr/ab/we