NOUVELLES
10/03/2016 08:22 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

Paris-Nice - 4e étape: déclarations

Nacer Bouhanni (FRA/Cofidis), vainqueur de l'étape: "Je suis venu sur Paris-Nice pour essayer de remporter au moins une étape. Dans le premier sprint (lundi), j'avais les jambes mais j'ai trop attendu, je n'ai pas trouvé l'ouverture. Le lendemain, j'ai voulu lancer de loin pour avoir le choix de ma trajectoire mais j'ai peut-être commis l'erreur de ne pas être allé directement vers les barrières et Matthews s'est engouffré. J'ai été déséquilibré quand il m'a touché le bras. J'étais très déçu d'avoir été disqualifié. Aujourd'hui, l'équipe m'a emmené dans un fauteuil. Elle a fait un super travail. J'avais encore quatre coéquipiers aux 1500 mètres. Je ne pensais qu'à faire mon effort dans les 200 derniers mètres. En début de saison, je n'étais pas à cent pour cent. Je monte en puissance. Milan-Sanremo est mon gros objectif. Les critiques à mon encontre ? Je suis comme je suis, on ne peut pas faire l'unanimité. Je ne me préoccupe pas de ce qui se dit sur moi, je m'en fiche."

Michael Matthews (AUS/Orica), maillot jaune: "L'objectif était de garder le maximum d'énergie en vue des prochaines journées. Je devais rester devant, car il faut toujours être bien placé, mais sans disputer obligatoirement le sprint. L'étape de mercredi ? je me réjouissais de la courir mais la décision d'annulation était la bonne, c'était trop dangereux au vu des conditions. La prochaine étape ? je m'attends à une dure journée. Mais je pense pouvoir passer le Ventoux sans trop de problèmes et faire un bon sprint dans le final. Tous les sprinteurs ne seront pas là après le Ventoux. Il faut que je me transforme en grimpeur maintenant."

jm/dhe