NOUVELLES
10/03/2016 09:17 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

Opération anti-passeurs: 5 navires de l'Otan en Egée, autour de l'île de Lesbos (Stoltenberg)

L'Otan a déployé cinq navires de guerre pour sa mission de surveillance des réseaux de passeurs de migrants en mer Egée, qui se concentrent pour l'heure sur les environs de l'île grecque de Lesbos, a indiqué jeudi son patron Jens Stoltenberg.

Depuis le week-end dernier, "nous avons augmenté notre zone d'opérations, nous sommes désormais entrés dans les eaux territoriales grecques et turques", a expliqué le secrétaire général de l'Alliance atlantique lors d'un point de presse à Bruxelles avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Nous avons commencé en nous concentrant sur la zone autour de l'île grecque de Lesbos, mais nous avons pour projet d'avancer davantage vers le sud dans les jours et semaines à venir", a décrit M. Stoltenberg.

Du fait de sa grande proximité avec les côtes turques, cette île, qui a vu débarquer des centaines de milliers de migrants en 2015, est devenue l'an dernier la première porte d'entrée en Europe. Au total, plus de 850.000 migrants ont rallié l'UE l'an dernier par la mer Egée.

"Nous avons également décidé d'augmenter le nombre de navires" participant à la mission, dont la mise sur pied a été décidée par les ministres de la Défense de l'Otan le 11 février, a-t-il encore dit.

"Il y a actuellement cinq navires dans la zone, il y en aura plus dans les jours à venir" et ceux-ci sont pour la plupart équipés d'hélicoptères et "d'équipements modernes" de surveillance, a détaillé M. Stoltenberg.

Le patron de l'Otan s'est par ailleurs félicité d'avoir établi "une vraie coopération pratique avec" l'agence européenne des frontières Frontex, grâce à l'échange d'officiers de liaison et le partage "en temps réel" des informations collectées sur l'activité des bateaux de passeurs qui pullulent sur les côtes turques.

"Ceci est important, parce que les navires de l'Otan recueillent des informations, font de la surveillance, de la reconnaissance, c'est important pour les garde-côtes grecques, turques et Frontex", qui travaillent de concert dans cette zone pour tenter d'endiguer les flux et éviter les noyades, a insisté M. Stoltenberg.

Selon l'ONU, 132.000 migrants ont déjà traversé la mer Egée depuis le début de l'année pour gagner l'UE et 440 personnes sont mortes noyées lors du voyage, souvent entrepris sur des embarcations fragiles.

axr/siu/pjl