NOUVELLES
10/03/2016 07:30 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

La Slovénie accueillera en avril ses premiers réfugiés "relocalisés"

La Slovénie a annoncé jeudi qu'elle accueillerait en avril un premier groupe de demandeurs d'asile dans le cadre du plan de répartition européen des réfugiés prévoyant que ce petit pays de l'UE prenne en charge 567 personnes jusqu'en 2017.

"Cette année et l'année prochaine, 567 réfugiés seront relocalisés en Slovénie depuis l'Italie et la Grèce. Un premier groupe arrivera en avril", a indiqué le porte-parole du gouvernement Bojan Sefic.

La Slovénie prévoit de remplir son quota en accueillant 40 à 50 personnes par mois jusqu'en juin 2017. Il s'agira de demandeurs d'asile de Syrie, d'Erythrée, d'Irak, de République centrafricaine, du Yémen, de Bahreïn, du Swaziland qui auront déposé leur demande d'asile dans le pays d'arrivée dans l'UE et achèveront la procédure en Slovénie.

En plus de ces personnes, le pays de deux millions d'habitants accueillera une vingtaine de Syriens transférés d'autres pays que la Grèce ou l'Italie, a indiqué M. Sefic.

"La Slovénie a fait savoir qu'elle souhaitait en priorité accueillir des familles mais nous n'avons pas d'assurance à ce sujet", a ajouté le porte-parole.

Les pays européens n'ont pour l'heure réparti que 885 réfugiés depuis les "hotspots" installés en Italie et en Grèce alors que le plan de "relocalisation", adopté par l'UE il y a six mois portait sur 160.000 personnes venant de Syrie, d'Irak et d'Erythrée.

"Les résultats sont encore trop faibles", a déploré jeudi le commissaire européen chargé des Migrations, Dimitris Avramopoulos à propos de ce programme qui se heurte aux réticences de nombre d'États membres.

Un nouveau plan est en négociation avec Ankara, qui prévoit le renvoi vers la Turquie de tous les migrants arrivant sur les îles grecques depuis les côtes turques et la relocalisation depuis la Turquie d'un nombre de Syriens équivalant au nombre de Syriens renvoyés.

La "route des Balkans" s'est fermée mercredi après la décision de la Slovénie de ne plus laisser passer de réfugiés sans visas par son territoire, une mesure destinée à décourager de nouveaux migrants de prendre la route de l'Europe.

bk-smk/ib