NOUVELLES
10/03/2016 04:44 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

L'OCDE met en garde contre le coût pour la Grèce de la crise migratoire

La crise migratoire pourrait causer "des problèmes significatifs" à la Grèce, pays surendetté qui peine à émerger de la récession, a mis en garde jeudi l'OCDE dans un rapport annuel.

L'afflux des réfugiés en Grèce, où ils sont désormais bloqués par la fermeture de la route des Balkans, a déjà coûté au pays 0,35% de son PIB en 2015, selon de premières estimations contenues dans le rapport.

Selon une source gouvernementale, la Grèce, par laquelle ont transité 850.000 migrants et réfugiés en 2015, a déjà dû débourser 300 millions d'euros de ses maigres fonds propres pour faire face à cette situation. Elle a demandé une aide exceptionnelle de 480 millions à l'UE, qui s'est engagée à lui débloquer des crédits spécifiques dans le cadre d'une enveloppe d'urgence de 700 millions sur trois ans.

A l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a fait état des possibles retombées de cette crise migratoire sur la capacité de la Grèce à tenir les engagements de redressement budgétaire convenus avec ses créanciers, UE et FMI.

"Vous n'avez pas gonflé votre dette et vos déficits (....) mais il y a une limite à ce que vous pouvez faire" en la matière, a-t-il lancé.

jph-cb/od/alc