NOUVELLES
10/03/2016 05:17 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

L'avocat de Savtchenko dit avoir été victime d'une "opération" des services secrets russes

Un avocat de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, en attente de verdict dans un procès en Russie pour le meurtre de deux journalistes russes en Ukraine, a affirmé jeudi avoir été victime d'une "opération" des services spéciaux russes.

Mark Feïguine, l'un des avocats de cette militaire de 34 ans jugée depuis six mois en Russie et devenue une héroïne nationale en Ukraine, avait dans la matinée annoncé avoir transmis à sa cliente une lettre du président ukrainien Petro Porochenko.

Dans cette lettre, M. Porochenko appelait Nadia Savtchenko à arrêter sa grève de la faim alors que cette dernière a cessé le 3 mars de boire et de manger.

Mme Savtchenko avait dans la foulée annoncé dans une lettre transmise à son avocat qu'elle se remettait à boire de l'eau mais qu'elle continuait sa grève de la faim jusqu'à l'énoncé du verdict attendu les 21 et 22 mars.

Sauf que la lettre du président ukrainien était un faux, dit désormais Mark Feïguine. "La lettre était fausse, mais nous ne l'avons établi que maintenant", a déclaré l'avocat à l'AFP par téléphone.

Selon une source proche de la présidence ukrainienne, M. Porochenko avait bien fait savoir oralement à Nadia Savtchenko qu'il souhaitait qu'elle mette fin à sa grève de la faim et de la soif, mais pas par courrier.

"Le président a transmis des paroles de soutien à Nadia Savtchenko via sa soeur Vera et sa mère. Mais il ne lui a adressé aucune lettre", a assuré à l'AFP le porte-parole de la présidence ukrainienne, Sviatoslav Tsegolko.

Mark Feïguine a accusé les services spéciaux russes d'avoir orchestré une "opération bien planifiée" visant à "discréditer" Nadia Savtchenko et ses avocats en vue de l'énoncé du verdict.

Il dit avoir reçu la lettre d'une personne qui l'a appelé en se présentant comme employé de l'administration du président ukrainien. Cette même personne avait contacté mercredi soir le consulat général d'Ukraine à Rostov-sur-le-Don (sud de Russie) pour demander ses coordonnées, selon l'avocat.

La pilote est accusée d'avoir fourni à l'armée ukrainienne la position de deux journalistes russes tués par un tir de mortier dans l'Est de l'Ukraine à l'été 2014, ce qu'elle nie.

ant-mp/kat/ib