NOUVELLES
10/03/2016 06:12 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

L'armée progresse face à l'EI à l'ouest de Bagdad et évacue des civils (responsable)

Les forces irakiennes ont évacué 10.000 civils d'un secteur repris jeudi aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la province d'Al-Anbar et poursuivent leur offensive en remontant la vallée de l'Euphrate, a indiqué jeudi un porte-parole.

"Les forces de l'antiterrorisme et les troupes de l'armée ont libéré le secteur de Zankoura", a indiqué à l'AFP le porte-parole des services antiterroristes Sabah al-Noman. "Elles ont évacué 10.000 personnes pour les mettre en lieu sûr".

Selon un colonel de l'armée, ces personnes doivent recevoir des premiers secours et être ensuite installées dans un camp de déplacés.

D'après M. Noman, le drapeau irakien flotte désormais sur le plus haut bâtiment de Zankoura, une ville qui se trouve dans un méandre de l'Euphrate au nord-ouest de Ramadi, la capitale de la vaste province occidentale d'Al-Anbar, totalement reprise le mois dernier aux jihadistes.

Cette localité, située à 125 km de Bagdad, est sur la route de Hit, une ville qui est le prochain objectif des forces irakiennes progouvernementales.

Selon Sabah al-Noman, 80 combattants de l'EI ont été tués dans l'opération militaire à Zankoura et les forces irakiennes ont "arrêté 56 membres de Daech (un acronyme en arabe de l'EI) qui avaient rasé leur barbe pour se fondre dans la foule en fuite".

La province d'Al-Anbar, dont l'EI occupait déjà des portions avant même sa grande offensive irakienne en juin 2014, est toujours en majorité contrôlée par le groupe jihadiste, même si l'étau se resserre sur lui dans certains de ses bastions.

La ville de Fallouja, à seulement 50 km à l'ouest de Bagdad, est ainsi presque complètement encerclée par diverses forces progouvernementales, qui bénéficient des frappes de la coalition internationale pour progresser dans la province d'Al-Anbar.

Selon l'Organisation internationale des migrations (OIM), près de la moitié des quelque 3,3 millions de personnes déplacées enregistrées en Irak depuis début 2014 viennent d'Al-Anbar.

str-ak/jmm/bpe/vl