NOUVELLES
10/03/2016 07:02 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

Berkeley: le doyen de la faculté de droit est poursuivi pour agression sexuelle

BERKELEY, Calif. — Le doyen de l'école de droit de l'université de la Californie à Berkeley est en congé pour une durée indéterminée après que son adjointe administrative eut déposé une poursuite d'agression sexuelle contre lui. Elle poursuit également l'université, qui n'en aurait pas assez fait pour éviter une telle situation.

Sujit Choudhry demeurera membre de la faculté et il recevra le salaire d'un professeur de l'école pendant qu'un doyen intérimaire, Provost Claude Steele, prendra sa place.

M. Choudhry était auparavant président de la faculté de droit de l'Université de Toronto et il a également été greffier de l'ancien juge en chef de la Cour suprême du Canada, Antonio Lamer.

Dans sa poursuite, Tyann Sorrell affirme que le doyen avait déjà reconnu l'avoir embrassée et touchée à répétition. Mais à la suite d'une enquête, le campus l'avait seulement sanctionné en réduisant son salaire de façon temporaire.

Son avocat John Winer estime que l'école de droit n'a pas pris aux sérieux les plaintes de sa cliente, considérant que l'agression sexuelle présumée avait été perpétrée par le doyen de l'une des écoles les plus respectées au pays.

La poursuite a été déposée près de cinq mois après qu'un éminent astronome de l'université californienne eut démissionné en plein scandale. L'université avait été informée de plaintes d'agression sexuelle à son égard et elle n'avait pas sévi contre lui.

Selon Me Winer, le Bureau de prévention du harcèlement et de la discrimination de l'université avait conclu que les plaintes de sa cliente étaient crédibles et que le doyen avait contrevenu aux politiques de harcèlement sexuel.

Le doyen «n'a pas nié que ce comportement se soit produit depuis qu'il est entré en fonction, le seul désaccord porte sur la fréquence de ce comportement», est-il écrit dans le rapport de l'enquête de l'université.

Selon la version de Mme Sorrell, M. Choudhry l'embrassait sur la joue, il la serrait dans ses bras et il lui flattait les bras et les épaules presque quotidiennement. Le doyen a rétorqué que cela arrivait, au maximum, une à deux fois par semaine et que ces gestes n'étaient pas de nature sexuelle.

Le doyen actuel Provost Claude Steele a confirmé que M. Choudhry avait porté atteinte aux politiques de l'université. Son salaire sera diminué de 10 pour cent pendant un an et il devra aller consulter, en plus de présenter ses excuses à Mme Sorrell.

Quant à l'adjointe administrative, elle profitera d'un congé avec plein salaire, a ajouté M. Steele.