NOUVELLES
10/03/2016 11:34 EST | Actualisé 11/03/2017 00:12 EST

Attaque du Bataclan : le chanteur soupçonne la sécurité d'être impliquée

Jesse Hughes, le chanteur d'Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan à Paris lors des attentats du 13 novembre, estime que l'attaque aurait pu avoir été planifiée de l'intérieur.

En entrevue mercredi soir sur la chaîne américaine Fox Business, Hughes a raconté s'être senti mal à l'aise à son arrivée dans la salle parisienne quelques heures avant le concert. Le garde placé à l'entrée des coulisses l'aurait évité du regard.

« Je ne l'aimais pas du tout. Et je suis allé voir le promoteur pour lui demander "qui c'est ce type?" Je veux quelqu'un d'autre".

« Il m'a alors répondu que "certains vigiles ne sont pas encore là". Et j'ai découvert finalement que six vigiles ne s'étaient jamais présentés », a ajouté le chanteur et guitariste.

« Ça semble évident qu'ils [les gardes de sécurité] avaient une raison de ne pas venir », a-t-il poursuivi.

Le Bataclan a vivement démenti ces propos, soutenant que « les déclarations insensées de M. Jesse Hughes sont à mettre sur le compte du lourd traumatisme subi ».

« Tous les témoignages recueillis à ce jour démontrent le professionnalisme et le courage des équipes de sécurité, ont plutôt précisé les responsables de la salle de spectacle. Des centaines de personnes ont vraisemblablement été sauvées grâce à leur intervention. »

L'attaque du Bataclan, qui a fait 90 victimes, a été la plus meurtrière des attentats qui ont frappé la capitale française et coûté la vie à 130 personnes et blessé 350 autres.

« J'aurais dû suivre mon instinct »

Le chanteur et guitariste d'Eagles of Death Metal avait tenu des propos similaires dans les pages du magazine Vanity Fair, indiquant regretter ne pas avoir « suivi son instinct » lorsque le preneur de son lui a fait remarquer la présence parmi les spectateurs de deux personnes au comportement et à l'allure atypique pour un concert rock.

Jesse Hughes a également fait réagir au cours des derniers mois pour ses convictions proarmes, un sujet qu'il a abordé sur Fox Business.

« Je ne veux tirer sur personne, je détesterais faire ça, a dit Hughes, ému. Mais je ne veux pas laisser des mauvais types tuer les miens et je ne veux pas être un minable ».