NOUVELLES
09/03/2016 08:14 EST | Actualisé 10/03/2016 05:44 EST

Programmation 2016-17 de l'OSM: «entre tradition et modernité» - Kent Nagano (PHOTOS)

Caroline Bergeron

Il n’y a aucun doute, ce sera une grosse saison pour l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), qui a dévoilé sa programmation 2016-2017, mercredi midi, à L’Hôtel de Ville. Au cours de cette saison, la métropole québécoise célèbrera notamment son 375e anniversaire et les 50 ans de son métro. Outre des concerts spécialement créés pour ces occasions spéciales, l’OSM propose près d’une centaine de spectacles diversifiés, dont l’œuvre Carmina Burana et le festival Haydn & les minimalistes.

Selon le chef d’orchestre et directeur musical de l’OSM, Kent Nagano, on ne pourra trouver nulle part ailleurs une saison si particulière.

«Elle sera ancrée dans notre communauté, notre tradition et notre histoire, a-t-il affirmé en entrevue dans ses bureaux de la Maison symphonique, la veille. On va à la fois célébrer Montréal, la très grande importance de son métro, puis le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Bien entendu, on va aussi suggérer beaucoup d’autres concerts dans cette saison.»

En septembre, Kent Nagano lancera officiellement la nouvelle saison avec Carmina Burana. Bien que déjà interprétée par l’OSM, cette œuvre maîtresse signée Carl Orff sera présentée pour la première fois à la Maison symphonique de Montréal. La soprano Aline Kutan, le ténor Frédéric Antoun, le baryton Russell Braun ainsi qu’un chœur d’enfants seront notamment du spectacle.

Galerie photo Programmation 2016-2017 de l'OSM Voyez les images

50e du métro : rythme, temps et lumière

Le 14 octobre 1966, Montréal inaugurait son réseau de métro. Pour souligner ce 50e anniversaire, l’OSM présentera deux créations mondiales commandées aux compositeurs Robert Normandeau et José Evangelista. Ceux-ci ont été invités à s’inspirer de ce réseau de transport souterrain.

« Evangelista a une longue relation avec l’OSM, explique Nagano. Il est un compositeur canadien bien respecté à l’international. C’est la première fois que nous travaillons ensemble pour une commande. Il a écrit pour d’autres chefs invités, mais pas pour moi. Vis-à-vis la rapide évolution de Montréal, l’anniversaire du métro est très significatif […]José et moi avons parlé d’acoustique, de rythmes, des nombreux bruits entendus dans le métro comme les frottements métalliques, les escaliers mécaniques ou encore les sons provoqués par les utilisateurs… Nous avons également parlé de lumière et du temps entre les sons. Ensuite, il fait ce qu’il veut. Je suis très curieux d’entendre tout ça. »

Le Festival Haydn & les minimalistes

En janvier, Kent Nagano proposera les quatre dernières symphonies londoniennes du maître viennois Franz Joseph Haydn, en parallèle avec des œuvres des compositeurs Reich, Glass, Pärt et Adams. À chacun des concerts de ce festival, un concerto sera interprété par le pianiste Marc-André Hamelin (Reich et Pärt), le trompettiste Paul Merkelo (Pärt) ou encore le violoniste Pinchas Zukerman (Glass et Adams).

«Ce festival est la manifestation d’un projet commencé en 2011, quand nous avons déménagé à la Maison symphonique, raconte Nagano. Nous avons maintenant l’acoustique qui permet une profonde exploration du répertoire de Haydn. J’ai joué Haydn à la salle Wilfrid-Pelletier, mais ce n’était pas vraiment ça [au niveau du son]… Je veux suggérer que le XXIe siècle is Haydn’s time. Oui, il est un de mes compositeurs préférés. C’est un génie. Mais il n’est pas le seul (rires). Bref, on a voulu avoir plusieurs perspectives sur l’œuvre de Haydn.»

L’OSM offrira un autre festival, consacré cette fois à l’Italie. En mars, trois concerts seront dirigés par le chef invité Carlo Rizzi : Le violon italien : de Vivaldi à Paganini (mentionnons Les quatre saisons), Verdi & les grands chœurs d’opéra, ainsi que Les pins de Rome & le cinéma italien. Ce dernier implique des œuvres signées Respighi, Rota et Morricone.

Kent Nagano dirigera par ailleurs La passion selon Saint Matthieu pour clore le Festival Bach de Montréal.

Le Boston Symphony Orchestra 

L’un des plus grands orchestres américains, le Boston Symphony Orchestra, dirigé par son jeune chef Andris Nelsons, viendra pour la toute première fois à la Maison symphonique de Montréal lors d’un concert le 4 mars. Un événement à ne pas manquer.

375e anniversaire de Montréal

En clôture de saison, l’OSM proposera au public «quelque chose de révolutionnaire» pour célébrer 375e anniversaire de Montréal, selon Nagano : une expérience symphonique et visuelle, fruit de la rencontre entre Samy Moussa, jeune compositeur montréalais, et la boîte multimédia Moment Factory (de chez nous aussi). D’après le

premier producteur de Moment Factory, Éric Fournier, son équipe devra d’abord mettre en valeur l’oeuvre du compositeur. «C’est un travail de complémentarité, a-t-il dit lors de la conférence de presse à l’Hôtel de Ville. On recherche le code génétique de Montréal.»

Pour obtenir davantage d’information concernant la programmation, on peut consulter le site de l’OSM.