NOUVELLES
09/03/2016 11:03 EST | Actualisé 09/03/2016 11:06 EST

Le responsable des armes chimiques pour le groupe État islamique a été arrêté

FILE - In this June 16, 2014 file photo, demonstrators chant pro-Islamic State group, slogans as they carry the group's flags in front of the provincial government headquarters in Mosul, 225 miles (360 kilometers) northwest of Baghdad. ISIS placed eighth on Google's list of 2014's fastest-rising global search requests, the company said Tuesday, Dec. 16, 2014. (AP Photo, File)
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this June 16, 2014 file photo, demonstrators chant pro-Islamic State group, slogans as they carry the group's flags in front of the provincial government headquarters in Mosul, 225 miles (360 kilometers) northwest of Baghdad. ISIS placed eighth on Google's list of 2014's fastest-rising global search requests, the company said Tuesday, Dec. 16, 2014. (AP Photo, File)

Le responsable du développement des armes chimiques pour le groupe armé État islamique a été arrêté lors d'une opération des forces spéciales américaines le mois dernier, dans le nord de l'Irak, ont révélé deux dirigeants irakiens.

L'administration Obama a mis en place en décembre une stratégie plus agressive pour traquer les djihadistes sur le terrain. Un commando a été déployé en Irak spécifiquement pour capturer ou tuer les leaders du groupe armé lors d'opérations clandestines.

Des responsables américains avaient annoncé la semaine dernière la capture d'un leader djihadiste sans l'identifier, en précisant seulement qu'il était détenu et interrogé depuis deux ou trois semaines.

Les deux dirigeants irakiens ont identifié l'homme comme étant Sleiman Daoud al-Afari, un ancien spécialiste des armes chimiques et biologiques du régime de Saddam Hussein. Le quinquagénaire dirigeait apparemment une nouvelle cellule du groupe armé État islamique vouée au développement d'armes chimiques.

Al-Afari aurait été capturé lors d'une opération près de la ville de Tal Afar, dans le nord de l'Irak.

Le groupe djihadiste aurait à sa disposition une quantité limitée de gaz moutarde et pourrait avoir utilisé ce produit à au moins une reprise, en Syrie. Des informations non confirmées provenant d'Irak et de Syrie témoignent aussi de l'utilisation d'autres agents chimiques par les djihadistes.

Voir aussi:


Galerie photo L'État islamique en dix dates Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter