NOUVELLES
08/03/2016 02:38 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

Une extrémiste en cavale a tenté de faire envoler son mari de la prison d'Athènes

L'épouse du dirigeant emprisonné du groupe grec d'extrême gauche Lutte révolutionnaire (EA), a revendiqué mardi une tentative avortée fin février de le faire échapper par hélicoptère avec d'autres "détenus politiques" de la prison athénienne de Korydallos.

L'opération, qui a échoué du fait de la résistance du pilote, visait "à libérer le membre de l'EA Nikos Maziotis" et "était planifiée afin que d'autres détenus politiques puissent prendre la route de la liberté", écrit Pola Roupa dans ce texte, publié par le site alternatif Indymedia.

La police avait d'emblée soupçonné Pola Roupa dans cette affaire, et indiqué avoir retrouvé dans l'appareil, loué sous un faux nom, des armes identifiées comme utilisées pour de précédentes actions de l'EA.

L'hélicoptère avait fait un atterrissage en catastrophe le 21 février dernier dans une zone agricole à une cinquantaine de kilomètres au nord d'Athènes, et le pilote, un policier à la retraite, avait raconté aux enquêteurs avoir fait capoter une tentative d'évasion de la prison de Korydallos.

Selon le récit de Pola Roupa, qui a réussi à prendre la fuite, le pilote était armé, et un échange de tirs les a opposés quand il a compris de quoi il retournait.

Actif depuis 2003, le groupe Lutte révolutionnaire (EA) figure sur la liste des organisations "terroristes" établie par l'Union européenne et les États-Unis.

Nikos Maziotis et Pola Roupa avaient été arrêtés en 2010 avec d'autres membres présumés du groupe, et condamnés à des peines de prison, mais avaient pris la clé des champs en juin 2012 après avoir été placés en liberté conditionnelle.

Nikos Maziotis a ensuite été capturé en juillet 2014 après une fusillade avec la police en plein centre touristique d'Athènes, et a revendiqué dans la foulée un attentat à la voiture piégée commis en contre la Banque de Grèce en avril de la même année.

Il a été condamné la semaine dernière à perpétuité pour "participation à une organisation terroriste" et les faits commis durant sa cavale.

cb/od/at