NOUVELLES
08/03/2016 02:24 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

Pakistan: l'armée dit avoir tué au moins 21 extrémistes dans le nord-ouest

L'armée pakistanaise a indiqué mardi avoir tué 21 combattants dans des frappes aériennes et des opérations terrestres dans une région du nord-ouest frontalière de l'Afghanistan, où une offensive en cours vise les fiefs des talibans.

Selon le porte parole de l'armée Asim Bajwa, les frappes ont démarré lundi soir et se poursuivaient mardi matin dans la vallée de Shawal, dans le district tribal du Waziristan du Nord.

"Le nettoyage de la vallée est en cours," a-t-il indiqué sur Twitter.

Il était impossible de confirmer de source indépendante le nombre de victimes, ni le fait qu'il s'agissait effectivement d'extrémistes armés, les journalistes n'ayant pas accès à cette zone.

Le Pakistan a entamé en 2014 dans les zones tribales une offensive contre les talibans et Al-Qaïda, qui y opéraient en toute impunité jusque là, et assure avoir tué plus de 3.750 extrémistes armés depuis, sans évoquer de victime civiles.

Mais les militants des droits de l'Homme souligne le manque de transparence de cette offensive.

Fin février, l'armée a indiqué entrer dans la phase finale de l'opération, sans autre détail.

Les violences ont nettement baissé en 2015, mais des attentats récurrents continuent à tuer des dizaines de personnes.

Une attaque des talibans lundi contre un tribunal dans une autre zone du nord-ouest pakistanais, a ainsi fait 18 morts, selon un nouveau bilan des responsables locaux. Un civil est décédé de ses blessures, faisant passer le bilan de 17 à 18 morts.

Un kamikaze a déclenché sa charge dans le complexe judiciaire de la ville de Shabqadar, en pleine heure de pointe matinale, un attentat revendiqué par une faction des talibans pakistanais, Jamat-ul-Ahrar.

Ils ont affirmé vouloir venger ainsi la pendaison la semaine dernière de Mumtaz Qadri, un condamné à mort islamiste considéré comme un héros dans certains cercles conservateurs pour avoir tué en 2011 un gouverneur favorable à une réforme de la loi controversée réprimant le blasphème.

ga/ia/cnp/pt