NOUVELLES
08/03/2016 14:58 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

Le Parlement canadien approuve la reconfiguration de la mission contre l'EI

Le Parlement canadien a approuvé mardi la reconfiguration de la mission militaire contre le groupe jihadiste Etat Islamique en Irak et en Syrie, avec le retrait des bombardiers et l'envoi de davantage de forces spéciales.

Le Premier ministre Justin Trudeau avait annoncé en février dernier le retrait des avions de chasse canadiens déployés dans le cadre de la coalition internationale anti-jihadiste emmenée par les États-Unis, tout en triplant le contingent de forces spéciales dédiées à la formation des troupes irakiennes.

Les F18 canadiens ont de fait réalisé leurs derniers bombardements le 17 février, mais les avions de surveillance CP-140 Aurora et de ravitaillement CC-150T Polaris ont été maintenus au sein de la coalition.

Majoritaires au parlement depuis les élections d'octobre dernier, les députés libéraux ont permis l'adoption de cette motion symbolique par 178 voix pour et 147 contre. Les partis d'opposition composés du NPD (gauche) et des conservateurs (droite) se sont prononcés contre.

Le texte de cette motion expliquait que son adoption par la Chambre des communes permettrait d'appuyer "la décision du gouvernement d'élargir, d'améliorer et de redéfinir la contribution (canadienne, Ndlr) à l'effort pour lutter contre le groupe armé Etat islamique".

L'accueil des réfugiés syriens et irakiens sur le territoire canadien figurait également dans cette motion. Le ministre de l'Immigration John McCallum avait annoncé plus tôt mardi que le gouvernement canadien souhaitait accueillir entre 51.000 et 57.000 réfugiés cette année, soit deux fois plus qu'en 2015.

ach/sab/sha