NOUVELLES
08/03/2016 10:56 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

La technologie derrière la CSeries pourrait compliquer les ventes, croit Delta

MONTRÉAL — La haute technologie de la CSeries pourrait en partie expliquer pourquoi Bombardier tarde à accumuler les commandes pour son nouvel avion, croit le président de Delta Air Lines, Ed Bastian.

Selon lui, les coûts de production associés à un tel niveau d'ingénierie empêchent la multinationale québécoise de vendre ses appareils à des prix attrayants pour les transporteurs aériens.

M. Bastian y est allé de cette remarque, mardi, lorsque questionné à l'occasion d'une conférence destinée aux investisseurs organisée par la banque américaine JP Morgan.

Cela n'a pas empêché le président de Delta d'encenser la CSeries en affirmant que l'avion est capable de «faire la différence» dans l'industrie, sans toutefois aller jusqu'à dire qu'une commande était imminente.

M. Bastian a précisé que son entreprise «considérait» l'avion pouvant transporter de 110 à 160 passagers, rappelant du même coup que le prix faisait partie des éléments évalués.

Delta cherche à rajeunir sa flotte d'appareils monocouloirs au cours des cinq prochaines années, notamment en remplaçant environ 120 avions McDonnell Douglas 180.

Ce n'est pas la première fois que le transporteur américain vante la CSeries. En janvier, son chef de la direction, Richard Anderson, avait qualifié l'avion de «plutôt impressionnant».

Un peu avant Noël, Bombardier (TSX:BBD.B) avait fait voler un CS100 à Atlanta, où se trouve le siège social de Delta, afin de présenter l'appareil à la compagnie dans le cadre d'une tournée menée auprès d'autres compagnies aériennes.

Au cours de la journée, le président et chef de la direction d'Air Canada (TSX:AC), Calin Rovinescu, a également confirmé que l'entreprise avait obtenu un «bon prix» en échange de sa lettre d'intention pour une commande ferme de 45 CS300 assortie d'options pour 30 avions supplémentaires.

En après-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de Bombardier retraitait de 9,92 pour cent, ou 12 cents, pour se négocier à 1,13 $.