NOUVELLES
07/03/2016 19:40 EST | Actualisé 08/03/2017 00:12 EST

La Fédération autonome de l'enseignement veut maintenir le dialogue avec Québec

MONTRÉAL — La Fédération autonome de l'enseignement (FAE) ne jette pas l'éponge dans le cadre de ses négociations avec le gouvernement provincial.

Dans un communiqué émis mardi, l'organisation a fait valoir que les représentants de ses huit syndicats affiliés avaient manifesté le désir de poursuivre les pourparlers avec Québec lors d'un vote tenu lundi soir.

La FAE a suggéré le recours à un conseil de médiation «afin d'en arriver à une entente satisfaisante pour les deux parties».

Elle a également réclamé la tenue d'une réunion avec le président du Conseil du trésor, Sam Hamad ainsi qu'avec le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx et ce, «dans les plus brefs délais».

De plus, la Fédération autonome de l'enseignement a demandé à rencontrer les chefs péquiste et caquiste, Pierre Karl Péladeau et François Legault de même que la porte-parole parlementaire de Québec solidaire, Françoise David.

Le président de la FAE, Sylvain Mallette, a spécifié qu'une telle démarche permettrait «d'informer les partis d'opposition de la situation et de leur rappeler leur rôle crucial dans la défense de l'école publique».

Soucieux sans doute de convaincre la classe politique du bien-fondé des requêtes formulées par son organisation, M. Mallette a soutenu que le combat de ses membres est «légitime» et que ces derniers continuent de jouir de l'appui de la population.