NOUVELLES
08/03/2016 07:47 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

Kingsbury a déjà la tête à Pyeongchang

Le Canadien Mikaël Kingsbury entreprend la dernière étape d'une saison exceptionnelle en peaufinant sa préparation pour les Championnats canadiens de ski acrobatique, tenus à Chelsea les 12 et 13 mars.

Une saison où Kingsbury aura remporté, pour une cinquième année d'affilée, tant le petit globe de cristal en bosses que le gros pour le classement général du ski acrobatique, un record.

En huit Coupes du monde cette saison, le Québécois de 23 ans a toujours terminé parmi les cinq premiers. Il a décroché cinq victoires et obtenu deux deuxièmes places.

Sa victoire à Val St-Côme reste cependant pour lui son plus grand triomphe de la saison, même si, en ouverture de la saison à Ruka, à la mi-décembre, il avait battu le record de 28 succès en Coupe du monde du Français Edgar Grospiron.

« C'est le fait saillant de ma saison. D'avoir gagné à Val St-Côme devant ma famille mes amis, et d'avoir fait en plus mon plus gros score à vie », a dit le bosseur de Deux-Montagnes.

La constance est sans doute la principale caractéristique du parcours de Kingsbury. Il ne connait pratiquement jamais de contre-performance.

Mais le champion demeure conscient qu'il peut aussi parfaire certains aspects sur le plan technique.

« Il y a beaucoup de points que je peux améliorer. Je pense aux virages et à mes sauts. Et quand tu maîtrises virages et sauts, ça permet d'aller encore plus vite. »

Cette constance lui a valu 705 points au classement des bosses, presque le double de son plus proche rival, l'Australien Matt Graham (378 pts).

Kingsbury, 2e aux JO de Sotchi, a maintenant dans sa ligne de mire les Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud, en 2018.

« On est encore restreint sur certains sauts (NDLR : Interdiction du double périlleux arrière qu'il maîtrise) jusqu'en 2018. J'ai mis de côté ces sauts pour me concentrer sur ceux capables de me donner une médaille d'or olympique. »

C'est donc dire que les prochaines saisons sont importantes, mais elles serviront aussi à préparer Pyeongchang.

« À Sotchi j'ai terminé deuxième. Le seul moyen de m'améliorer est de gagner l'or. Et je sais ce que j'ai à faire pour gagner. »