NOUVELLES
08/03/2016 03:06 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

Israël accroît la destruction de bâtiments palestiniens financés par l'aide internationale (ONU)

Israël a déjà détruit en 2016 plus de maisons et autres bâtiments construits avec l'aide internationale en Cisjordanie, territoire palestinien occupé, que pendant tout 2015, a indiqué un bureau de l'ONU à l'AFP.

Entre le 1 janvier et le 2 mars 2016, Israël a démoli 121 structures financées entièrement ou partiellement par des donateurs internationaux alors que ces destructions s'étaient chiffrées à 108 en 2015, a rapporté le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Ces structures comprennent des maisons pour les Palestiniens ainsi qu'au moins une école et des constructions temporaires comme des abris pour les animaux.

Robert Piper, coordinateur de l'ONU pour les questions humanitaires dans les Territoires palestiniens, a jugé "alarmant" le rythme des démolitions dans un message à l'AFP.

"Nous allons bien entendu protester auprès des autorités israéliennes, comme beaucoup le font déjà dans la communauté diplomatique", a-t-il déclaré.

Israël, qui occupe la Cisjordanie depuis 1967, affirme que ces structures sont construites sans son autorisation et sont donc illégales.

Les groupes de défense des Palestiniens font valoir que les permis de construire sont pratiquement impossibles à obtenir dans les zones de Cisjordanie sous contrôle de l'armée israélienne.

Le COGAT, l'organe du ministère israélien de la Défense chargé de coordonner les activités israéliennes dans les Territoires occupés, n'a pas commenté les chiffres de l'ONU, disant seulement que "des mesures étaient prises contre toute construction illégale" après la délivrance des ordres de démolition.

Pour Moti Yogev, député du parti nationaliste religieux Foyer Juif, la hausse du nombre de démolitions est probablement une réponse du gouvernement israélien à l'étiquetage des produits des colonies par l'Union européenne.

"Je ne doute pas que la ligne dure du gouvernement soit en partie le résultat des mesures unilatérales prises par l'Europe", a déclaré à l'AFP Moti Yogev, qui préside un sous-comité de la puissante commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, consacré à la Cisjordanie.

Selon Robert Piper, la hausse du nombre de démolitions pourrait aussi être liée à la vague récente d'attaques palestiniennes qui met le gouvernement israélien sous pression et "à une volonté renouvelée de promouvoir l'expansion des colonies dans ces zones".

Les colonies dans les territoires occupés sont illégales au regard du droit international.

jod-dms/lal/iw