NOUVELLES
08/03/2016 05:01 EST | Actualisé 09/03/2017 00:12 EST

FSSS-CSN: les discussions de la dernière chance se poursuivent mardi

MONTRÉAL — Les pourparlers se poursuivent, mardi, entre le gouvernement du Québec et la CSN, à la suite du rejet de l'entente de principe par sa Fédération de la santé et des services sociaux.

Des discussions à ce sujet avaient été entamées au cours du week-end. Vendredi dernier, le Conseil du trésor avait lancé un ultimatum à la FSSS-CSN, lui demandant de reconsidérer l'offre gouvernementale. Québec lui donnait jusqu'à lundi.

Il s'agit donc de pourparlers de la dernière chance pour la Fédération de la santé et des services sociaux, la seule des quatre fédérations de la CSN à avoir rejeté l'entente de principe conclue par le front commun intersyndical en décembre dernier. Elle est toutefois la plus importante, avec près de 110 000 membres. Les trois autres fédérations de la CSN représentent environ 60 000 membres.

Cette entente de principe a aussi été acceptée par les huit fédérations de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), représentant plus de 130 000 membres, et par les quatre grands syndicats concernés à la FTQ, qui représentent plus de 50 000 membres. Ces deux centrales faisaient aussi partie du front commun, comme la CSN.

De même, la Fédération interprofessionnelle de la santé, qui représente 66 000 membres, dont la majorité des infirmières — mais qui ne faisait pas partie du front commun — a entériné l'entente de principe.

L'entente de principe conclue entre Québec et le front commun intersyndical prévoit le versement d'un montant forfaitaire de 500 $ équivalant à environ 1 pour cent en 2015, puis une augmentation de 1,5 pour cent en 2016, de 1,75 pour cent en 2017 et de 2 pour cent en 2018.

Pour la dernière année de la convention collective, en 2019, Québec doit verser un autre montant forfaitaire d'environ 250 $, soit environ 0,5 pour cent, auquel il faut ajouter les paiements de relativité salariale qui représenteront environ 2,4 pour cent — mais qui ne s'appliqueront pas également à tous.