NOUVELLES
08/03/2016 05:25 EST | Actualisé 08/03/2016 05:26 EST

Covoiturage: des groupes communautaires de la Rive-Sud veulent lancer leur propre Communauto

Greg Elms via Getty Images
Tweed Heads, New South Wales, Australia, Australasia

Des stations d'automobiles en libre-service à Sainte-Julie, Verchères ou Calixta-Lavallée? C'est ce qu'aimeraient implanter les groupes communautaires de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Marguerite d'Youville.

Un texte d'Anne-Marie Provost

Si le service Communauto a déjà quelques stations dans des villes comme Longueuil, Boucherville ou Brossard, ce n'est pas le cas dans les villes plus à l'est.

« Ils n'étaient pas intéressés à venir dans notre coin alors nous avons décidé de créer notre propre service », explique Jean-François Lessard, agent de développement à la CDC de Marguerite-D'Youville.

La corporation, qui couvre les villes de Sainte-Julie, Verchères, Varennes, Saint-Amable, Calixta-Lavallée et Contrecoeur, sonde actuellement l'intérêt des citoyens via un sondage en ligne. On vise 50 répondants par ville pour avoir un portrait global.

« Tout dépendant des résultats, on pourrait lancer un projet-pilote dans une des villes où il y a un intérêt plus fort », souligne Jean-François Lessard. On aimerait avoir au moins deux ou trois voitures par ville, dans des points centraux.

Éviter l'achat d'une deuxième voiture

Cela fait deux ans que la CDC songe à implanter un tel service. Au départ, on voulait le mettre sur pied pour que les groupes communautaires dans la région puissent se déplacer à plus faible coût. Mais on a finalement constaté qu'un tel système pourrait être avantageux pour tous les citoyens, surtout les jeunes familles.

« Plusieurs ont besoin de deux voitures pour se déplacer. Notre système remplacerait la deuxième voiture et ça contribuerait à alléger le poids financier. »

— Jean-François Lessard, agent de développement à la CDC de Marguerite-D'Youville

On souhaite que le service de libre voiture soit géré par les groupes communautaires via un organisme à but non lucratif (OBNL), car on veut que les organismes en profitent. La CDC a mis sur pied un comité de suivi, qui a des liens avec la municipalité régionale de comté (MRC) de la région.

Si des élus voient le projet d'un œil positif, Jean-François Lessard souligne que les villes n'ont pas d'argent à mettre dans un tel système. Advenant un accueil positif des citoyens, la CDC veut regarder du côté de commanditaires privés et d'outils de développement pour avoir l'argent nécessaire.

Galerie photo Les villes où il y a le pire trafic... Voyez les images