POLITIQUE
07/03/2016 05:54 EST | Actualisé 08/03/2016 06:10 EST

Justin Trudeau est féministe et n'a pas peur de le dire

Tim Fraser/The Huffington Post Canada

OTTAWA – Le premier ministre Justin Trudeau dit qu’il a fallu « beaucoup de travail » afin de nommer un cabinet ministériel paritaire, mais qu’il lui reste encore un bout de chemin à faire pour rendre la politique plus accessible aux femmes.

Justin Trudeau a fait ces commentaires lors d’une discussion publique organisée par nos collègues du Huffington Post Canada. Il a été interpellé sur le sujet de la parité par Sujean Park, une éditrice du HuffPost en Corée du Sud.

"Je sais que la politique est parfois pénible, négative et divise. Elle est aussi vue comme un jeu d’hommes avant tout."

« Vous avez fait les manchettes à travers le monde avec votre cabinet paritaire. Que dites-vous à des pays comme la Corée du Sud, où la discrimination entre les sexes est encore bien présente? » lui a-t-elle demandé dans un enregistrement vidéo.

« Avant d’être en 2015, nous étions en 2014, en 2013 et en 2012, a répondu Trudeau. Et c’est à ce moment-là que nous avons commencé à établir un dialogue et à recruter des femmes extraordinaires pour qu’elles se lancent en politique. »

Le chef libéral a fait mention de ses ministres Chrystia Freeland, Catherine McKenna, Jody Wilson-Raybould ou encore Celina Chavannes, sa secrétaire parlementaire, parmi ses recrues des dernières années.

« Des femmes à qui nous avons dit : "Écoutez, nous avons besoin de vous en politique. Je sais que la politique est parfois pénible, négative et divise. Elle est aussi vue comme un jeu d’hommes avant tout. En vous recrutant, nous pouvons commencer à changer cela." »

Justin Trudeau se réjouit que son gouvernement ait pavé la voie pour d’autres pays en nommant plus de femmes ministres. Il pense que le Canada a, en quelque sorte, lancé un défi aux autres pays.

À l’heure actuelle, 88 des 338 élus à la Chambre des communes sont des femmes. Bien que ce soit un record, le premier ministre se désole de voir que la parité est loin d’être atteinte à Ottawa.

« Nous avons encore beaucoup de travail à faire pour atteindre l’équilibre entre les hommes et les femmes au sein de notre Parlement », a-t-il dit.

Combattre les inégalités économiques

Les femmes gagnent encore un salaire moins élevé que les hommes pour un travail équivalent et sont plus souvent victimes de violence conjugale ou de violences sexuelles.

Mais tout le monde a la responsabilité de changer la situation, selon Justin Trudeau. « Je ne pense pas qu’il y a une seule solution. Il y a de multiples, multiples solutions qui peuvent être poursuivies en même temps », explique-t-il.

"Je suis moi-même un féministe et je crois que nous devons nous assurer d'avoir l’équité salariale et l’égalité entre les sexes de façon systématique."

« Alors comment faire? Il y a des décisions hiérarchiques à prendre, comme je l’ai fait pour la parité de mon cabinet. Il y a d’autres décisions que nous devons prendre au niveau législatif, comme par exemple, de ne pas que cela devienne un élément de négociation entre un syndicat et un employeur. »

Le premier ministre a précisé qu’il ne disait pas cela simplement parce que la Journée internationale de la femme était le lendemain de son entretien avec le HuffPost.

« Je suis moi-même un féministe et je crois que nous devons nous assurer d'avoir l’équité salariale et l’égalité entre les sexes de façon systématique », a-t-il souligné.

Pas de loi sur l’équité salariale

Interrogée à ce sujet, lundi, la ministre de la Condition féminine Patty Hadju a dit qu’il serait difficile de déposer une loi pour s’assurer que les hommes et les femmes gagnent le même salaire.

« Vous savez, cela semble simple de juste légiférer, mais il y a tellement de facteurs pour lesquels les femmes gagnent moins. Ce serait en fait très difficile de combiner tous ces facteurs avec une loi, même si cela sonne comme une solution magique. »

La ministre Hadju est d’avis que le fédéral doit adopter une série de mesures afin de combattre les inégalités actuelles, en nommant plus de femmes à des postes-clés dans la fonction publique par exemple.

Elle rappelle aussi qu’Ottawa a maintenant un comité spécial sur l’équité salariale pour les organisations au niveau fédéral. La Chambre a voté en faveur de cette motion du NPD, le mois dernier.

Galerie photo Justin Trudeau répond aux questions du HuffPost Voyez les images