NOUVELLES
07/03/2016 05:06 EST | Actualisé 08/03/2017 00:12 EST

C1 - Real Madrid-AS Rome: El Shaarawy, le réveil du Pharaon

Porté disparu en première partie de saison à Monaco, le "Pharaon" Stephan El Shaarawy a rebondi de façon spectaculaire et enchaîne les buts avec l'AS Rome, qui sera mardi à Madrid en quête d'un improbable exploit face au Real en Ligue des Champions.

Les six mois monégasques du jeune attaquant international italien restent un mystère. Personne ne s'attendait à le voir débarquer en Principauté, puis personne n'a réellement compris pourquoi la greffe avait à ce point échoué.

Pas le moindre but en Ligue 1, trois en Europa League pour rappeler qu'il savait encore s'y prendre, puis plus rien. Son contrat prévoit que le prêt par l'AC Milan se transformera en transfert définitif à partir de 25 matches disputés. Le compteur s'arrête à 24 et Monaco s'épargne une opération à quelque 15 millions d'euros.

Momifié à Monaco, El Shaarawy (17 sélections, deux buts) doit alors trouver une solution pour garder ses chances de disputer l'Euro cet été en France, lui qui a déjà manqué le Mondial-2014.

Elle est venue de l'AS Rome, où une place d'attaquant excentré était laissée libre par le départ de Gervinho.

Et il a pour l'instant réussi ce retour italien dans des proportions presqu'aussi étonnantes que son fiasco monégasque: cinq buts et deux passes décisives en six matches de championnat et une place de titulaire déjà indiscutée à gauche de l'attaque romaine.

Ce n'est pas encore l'âge d'or du "Pharaon", cette incroyable période faste de la première partie de saison 2012-2013 qui l'avait vu empiler 16 buts avec le Milan, mais la malédiction semble terminée.

Immense espoir du football italien, sélectionné et titulaire avec la Nazionale avant même ses 20 ans, El Shaarawy avait en effet démarré très fort avant de voir sa progression perturbée par des blessures qui lui ont valu deux saisons presque blanches de 2013 à 2015.

- la célébration des pyramides -

Son réveil à Rome vient rappeler son talent, sa vitesse et son sens du but, mais aussi qu'à seulement 23 ans, il était un peu tôt pour l'enterrer définitivement.

Souriant et ouvert, proche du vrai Romain qu'est Alessandro Florenzi, l'ancien Milanais a déjà été adopté par les tifosi giallorossi et, selon la Gazzetta dello Sport, son maillot est actuellement le deuxième le plus vendu après celui du Sphinx Totti.

"C'est déjà une revanche pour moi. J'ai passé des moments difficiles et maintenant, je cherche à me reprendre", expliquait l'Italien après son deuxième but romain, face à Sassuolo.

Trois autres ont suivi et El Shaarawy, né d'une mère italienne et d'un père égyptien, est désormais pleinement intégré au jeu offensif bâti par Luciano Spalletti.

L'aile gauche est à lui et l'autre côté est occupé par Mohamed Salah pour un duo d'Egyptiens inattendu et ultra-rapide.

Les deux hommes s'en amusent et ont inauguré la célébration façon pyramide, formant un triangle avec leurs doigts après chacun de leurs nombreux buts.

Le réveil du Pharaon demande tout de même confirmation et le match retour face au Real Madrid mardi sera un nouveau test de son niveau réel. A l'aller à l'Olimpico (défaite 2-0), El Shaarawy avait ainsi été extrêmement discret.

Mais à l'heure où l'Italie se cherche des attaquants de valeur mondiale dans la perspective de l'Euro, son efficacité retrouvée est une très bonne nouvelle pour le sélectionneur Antonio Conte, qui a continué à l'appeler et ne l'a jamais perdu de vue, même lors de sa pire période monégasque.

stt/cto