NOUVELLES
06/03/2016 08:31 EST | Actualisé 06/03/2016 09:09 EST

Un attentat revendiqué par l'État islamique fait au moins 47 morts en Irak

Anadolu Agency via Getty Images
DIYALA, IRAK - AUGUST 24: Kurdish Peshmergas fight against Islamic State (IS) militants to regain the control of the town of Celavle in Diyala province, Iraq, on August 24, 2014. Diyala's Celavle town invaded by IS militants on August 11 after then armed Peshmerga forces seize to regain the town. (Photo by Feriq Ferec/Anadolu Agency/Getty Images)

BAGDAD _ Un kamikaze au volant d'un camion-citerne rempli d'explosifs a foncé dimanche sur un poste de sécurité à l'entrée d'une ville au sud de Bagdad, en Irak, faisant au moins 47 morts et 65 blessés.

L'attentat-suicide a eu lieu à Hillah, à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. Le groupe armé État islamique (ÉI) a revendiqué l'attentat dans une déclaration en ligne qui circule parmi ses sympathisants.

C'est le troisième attentat-suicide meurtrier dans les environs de Bagdad depuis un peu plus d'une semaine, et il semble s'inscrire dans une campagne de l'ÉI visant à frapper loin derrière les lignes de front pour semer le chaos et forcer le gouvernement à épuiser ses forces de sécurité. Hillah se trouve dans le sud de l'Irak à majorité chiite, loin du territoire contrôlé par l'ÉI.

Parmi les morts figurent 39 civils, tandis que les autres étaient des membres des forces de sécurité. L'attaque s'est produite peu après midi, à un moment où le poste de sécurité était bondé, a rapporté un policier, ajoutant qu'au moins 65 personnes avaient été blessées.

Plusieurs civils qui attendaient dans leur véhicule ont été tués ou blessés. Le policier a ajouté que plus de 100 voitures avaient été endommagées.

Bagdad et ses alentours sont le théâtre d'une recrudescence de la violence depuis un mois; les attentats-suicides revendiqués par l'ÉI ont tué plus de 170 personnes. Le groupe extrémiste armé contrôle de vastes pans de territoire en Irak et en Syrie voisine.

D'après les chiffres des Nations unies, au moins 670 Irakiens ont été tués au cours du dernier mois, dont les deux tiers étaient des civils.