NOUVELLES
05/03/2016 11:25 EST | Actualisé 05/03/2016 11:25 EST

Les talibans afghans refusent de participer aux discussions de paix

ASSOCIATED PRESS
Face-covered militants who they say are Talibans, pose with RPG and AK47 in Zabul province, southern of Kabul, Afghanistan Saturday, Oct. 7, 2006. A Taliban commander said in a sit-down interview that insurgent fighters will battle

KABOUL - Les talibans ne participeront pas à un processus visant à faire la paix avec le gouvernement afghan tant que les forces étrangères n'auront cessé d'attaquer leurs positions et quitté le pays, ont-ils annoncé samedi.

Une déclaration envoyée à l'Associated Press par le porte-parole Zabihullah Mujahid indique qu'ils "refusent" les pourparlers. Si des gens ont rapporté qu'ils allaient y prendre part, ce n'étaient que des "rumeurs".

Des discussions directes entre les parties étaient prévues au Pakistan au début de mars, mais les autorités afghanes ont affirmé les avoir repoussées d'au moins une semaine. De hauts responsables du gouvernement ont présenté les rencontres comme étant la première véritable étape vers un processus de paix visant à mettre fin à la guerre, qui en est maintenant à sa 15e année.

Javid Faisal, un porte-parole du chef de l'exécutif afghan, Abdullah Abdullah, a rapporté que le gouvernement ne voyait aucun problème à tenir la première ronde de discussions.

Par ailleurs, les talibans ont accusé les États-Unis d'augmenter le nombre de soldats dans le pays et d'avoir mené des frappes aériennes et des opérations de nuits sur des complexes résidentiels. Ils accusent aussi les forces afghanes d'avoir intensifié leurs opérations.

M. Mujahid a affirmé que le chef des talibans de l'Afghanistan, Akhtar Mansour, n'avait pas donné l'ordre de participer aux pourparlers et que le leadership "de l'émirat islamique" n'avait pas discuté de la question.

Des délégués de l'Afghanistan, du Pakistan, de la Chine et des États-Unis se sont rencontrés à Kaboul, le mois dernier, et se sont entendus pour tenir cette ronde de discussions. Aucune date n'a été décidée et les participants n'ont pas été annoncés.

La dernière tentative de discussions directes a échoué l'été dernier, après une ronde, lorsque Kaboul a annoncé la mort du chef taliban, le mollah Mohammad Omar.