NOUVELLES
05/03/2016 04:11 EST | Actualisé 05/03/2016 04:12 EST

Depuis 2014, 24 bélugas du Saint-Laurent ont été adoptés symboliquement

A. Shamandour/500px
Photo by: A. Shamandour The beluga or white whale, Delphinapterus leucas, is an Arctic and sub-Arctic cetacean. It is one of two members of the family Monodontidae, along with the narwhal, and the only member of the genus Delphinapterus. This marine mammal is commonly referred to simply as the melonhead, beluga or sea canary due to its high-pitched twitter.It is adapted to life in the Arctic, so has a number of anatomical and physiological characteristics that differentiate it from other cetaceans. Amongst these are its unmistakable all-white colour and the absence of a dorsal fin. It possesses a distinctive protuberance at the front of its head which houses an echolocation organ called the melon, which in this species is large and plastic (deformable). The beluga¬タルs body size is between that of a dolphin¬タルs and a true whale¬タルs, with males growing up to 5.5 m (18 ft) long and weighing up to 1,600 kg (3,500 lb). This whale has a stocky body; it has the greatest percentage of blubber. Its sense of hearing is highly developed and it possesses echolocation, which allows it to move about and find blowholes under sheet ice.Belugas are gregarious and they form groups of up to 10 animals on average, although during the summer months, they can gather in the hundreds or even thousands in estuaries and shallow coastal areas. They are slow swimmers, but they can dive down to 700 m (2,300 ft) below the surface. They are opportunistic feeders and their diets vary according to their locations and the season. They mainly eat fish, crustaceans and other deep-sea invertebrates.The majority of belugas live in the arctic and the seas and coasts around North America, Russia and Greenland; their worldwide population is thought to number around 150,000 individuals. They are migratory and the majority of groups spend the winter around the arctic ice cap; but when the sea ice melts in summer, they move to warmer river estuaries and coastal areas. Some populations are sedentary and do not migrate over great distances during the year.The native peoples of North America and Russia have hunted belugas for many centuries. They were also hunted commercially during the 19th century and part of the 20th century. Whale hunting has been under international control since 1973. Currently, only certain Inuit groups are allowed to carry out subsistence hunting of belugas. Other threats include natural predators (polar bears and killer whales), contamination of rivers, and infectious diseases.From a conservation perspective, the beluga was placed on the International Union for Conservation of Nature¬タルs Red List in 2008 as being

MONTRÉAL _ Depuis la fin de l'année 2014, 24 bélugas du Saint-Laurent ont été adoptés par des citoyens, des municipalités du Québec et des entreprises.

Ces adoptions symboliques ont été réalisées dans le cadre de la campagne "Adoptez un béluga" qui a été mise sur pied par le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM).

Mais ne devient pas "parrain" qui veut, puisqu'il faut débourser 5000 $ par année pour prendre sous son aile un de ces cétacés.

Le premier volet de la campagne avait été lancé en 1988 et avait permis de parrainer 122 bélugas. Le GREMM espère que ce deuxième volet verra 25 bélugas par année être pris en charge. La population de bélugas du Saint-Laurent compterait environ 900 individus.

En plus de financer la recherche sur les baleines blanches, la campagne a également pour objectif de sensibiliser la population au déclin de l'espèce.

De nombreuses villes, dont Montréal, Québec et Lévis, ont répondu à l'appel du GREMM.

Un groupe d'une quarantaine de municipalités riveraines du fleuve Saint-Laurent ont également adopté conjointement un groupe de 10 bélugas.

Elles ont par la suite demandé aux élèves d'une centaine d'écoles primaires de la province de baptiser leurs nouveaux protégés.

"En apprenant aux enfants à mieux connaître les bélugas, on se donne autant d'outils pour mieux les protéger", croit Robert Michaud, le président et directeur scientifique du GREMM.

Le groupe de recherche a ensuite envoyé aux écoles un bulletin rempli d'informations sur "leurs" bélugas pour poursuivre le travail de sensibilisation auprès des jeunes.

On y découvre ainsi que Pure Laine aime bien nager auprès de Bélibec, qu'Or blanc a une petite cicatrice près de la crête et qu'Écho apprécie se balader dans le fjord du Saguenay. Ces fiches d'information sont d'ailleurs disponibles sur le site internet de la campagne.

"On essaye d'expliquer que les bélugas vivent aussi dans une société assez complexe, que ce sont des animaux avec un mode de communication assez évolué", poursuit M. Michaud.

Les fonds recueillis par le GREMM permettent de financer des projets de recherche sur les bélugas qui sont menés par une dizaine de groupes de recherche universitaires et issus du secteur privé.

"Par exemple, une partie des fonds est utilisée pour récupérer et transporter des carcasses de bélugas et les amener à la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal où sont réalisées des autopsies", explique M. Michaud.

À elle seule l'an dernier, la Ville de Montréal a donné 22 000 $

à la campagne. La métropole a ainsi offert 5000 $ pour parrainer son béluga et 17 000 $ pour le parrainage collectif de dix autres membres de l'espèce.

"On en est très reconnaissant", témoigne M. Michaud qui ajoute qu'il y a un impact réel sur les capacités de recherche du groupe.

"Si on veut faire des choix éclairés comme société on a besoin d'avoir de bonnes connaissances", explique-t-il.

Selon M. Michaud, la décision de TransCanada de revenir sur son choix de construire un port pétrolier à Cacouna pour son projet d'oléoduc Énergie Est en est la preuve.

"On a la conviction que c'est la science qui leur a fait entendre raison. Ils ont compris la valeur du secteur pour le bélugas", croit-il.

Galerie photo Les 100 espèces les plus menacées dans le monde Voyez les images