POLITIQUE
03/03/2016 11:02 EST | Actualisé 03/03/2016 12:18 EST

Construction navale : la fille de Pierre Marc Johnson lobbyiste pour Davie Canada

OTTAWA – Marie-Claude Johnson, la fille de l’ancien premier ministre Pierre Marc Johnson, devient lobbyiste pour Davie Canada au moment où Ottawa entreprend une révision de son programme de construction navale.

Davie Canada a décidé de faire affaire avec une firme montréalaise de relations publiques pour ses représentations dans la Capitale nationale, peu après que son ancien client Fleishman-Hillard se soit tourné vers l’un de ses compétiteurs.

Marie-Claude Johnson, co-fondatrice et associée chez HATLEY – Conseillers en stratégie, a le mandat d’influencer la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN) afin d’obtenir un contrat pour la construction d’un navire.

Un porte-parole de Davie Canada a fait valoir qu’elle a des années d’expérience dans le domaine et qu’elle est membre du conseil d’administration de l’Association québécoise des lobbyistes. C’est pourquoi elle s’est enregistrée au registre fédéral avant le début de son mandat, par souci de transparence.

Johnson est aussi connue pour avoir été la colistière de Mélanie Joly lors des élections municipales de Montréal en 2013. Cette dernière est maintenant la ministre du Patrimoine canadien au sein du gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Le gouvernement Trudeau a annoncé, dans les derniers jours, l’embauche d’un expert britannique afin de procéder à une révision de la stratégie fédérale pour le renouvellement de la flotte canadienne.

Une décision accueillie favorablement par l’Association de la construction navale du Canada, qui y voit une façon de réévaluer la stratégie selon des critères « crédibles et réalistes » et d’éviter une explosion de coûts.

Rappelons que des milliards de dollars en contrats ont été octroyés aux chantiers de Seaspan, à Vancouver, et d’Irving Shipbuilding, à Halifax, en 2011 dans le cadre de la SNACN.

Les plus petits chantiers canadiens devaient eux aussi récolter des contrats pour la construction de petits navires ou pour des travaux de réparation.

Or, la ministre de l’Approvisionnement, Judy Foote, n’a pas fermé la porte à donner ces contrats à des entreprises à l’étranger, ce qui sème l'inquiétude chez des petits constructeurs.

Marie-Claude Johnson n’a pas voulu faire de commentaires à propos de son nouveau mandat.

Irving en profite

La firme de lobbying Fleishman-Hillard agissait comme consultant pour Davie jusqu’au 11 janvier de cette année. Irving Shipbuilding est devenu l’un de leurs clients au bureau d’Ottawa, environ six semaines plus tard.

L’information a été confirmée par Kevin Macintosh, l’un de leurs consultants principaux, au site Embassy News. Il n’a pas donné de raison pourquoi il avait coupé ses liens avec son ancien client.

Macintosh est un proche de l’ancien ministre conservateur de la Défense, Rob Nicholson, élu pour la première fois à Ottawa en 1984.

La porte-parole d’Irving, Mary Keith, a nié ce changement de cap, lorsqu’elle a été questionnée à ce sujet, la semaine dernière. « Nous n'avons pas de lobbyistes qui travaillent pour nous à Ottawa », a-t-elle écrit dans un courriel au HuffPost.

Les bureaux de Fleishman-Hillard à Ottawa et à Toronto n’ont pas donné suite à nos demandes d’entrevue.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le navire Astérix à Lévis Voyez les images