Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Suivez le guide à Bromont, montagne d'expériences (PHOTOS)

Cet article a été initialement publié sur Zoneski.com.

Nous sommes en 1987, j’habite à Granby et je suis en première année du primaire. Ma carrière de fondeur (skieur de fond) est déjà bien entamée. J’ai parcouru les quatre coins de la Montérégie; les sentiers de Rougemont et de Saint-Bruno n’ont plus de secrets pour moi. Mon père est issu d’une famille de skieurs alpins et pourtant je n'en ai encore jamais fait. Un matin de janvier, mon père me fait la grande annonce : ce soir, on va aller à Bromont! Je jubile, impossible de garder ma concentration durant toute la journée à l’école, je ne pense qu’à ma soirée. La cloche de la fin des cours sonne enfin, je m’habille à une vitesse record et je cours les deux kilomètres qui séparent l’école de ma maison.

On débute notre soirée de ski dans le Mont Soleil. Inutile de vous dire que Bromont a drôlement changé depuis. À l’époque, deux remontées de type «t-bar» sont offertes aux débutants. Une des remontées s’arrête à mi-montagne tandis que l’autre se rend complètement en haut. Dans ce temps-là, on apprenait à la dure! Après quelques virages afin de maîtriser la transition entre le ski alpin et le ski de fond, je suis prêt pour la grande montagne. Le poma quadruple débrayable tout neuf, installé l'année précédente, nous amène rapidement au sommet. Je commence par demander à mon père d’essayer la piste la plus «longue»! Il accepte et nous descendons la Brome. Lors de la remontée suivante, je lui demande d’affronter la piste la plus difficile, cette fois-ci, il n'a pas acquiescé… Mais les progrès aidant, j'ai pu parcourir toute la montagne.

Si jamais vous passez près de la sortie 78 de l'autoroute 10, voici 5 raisons qui pourraient possiblement vous inciter à faire le détour :

5 bonnes raisons de skier à Bromont

Alors que je suis adolescent, tous les membres de ma famille ont adopté Bromont, devenue la montagne familiale. Nous avons notre passe et je skie tous les samedis et dimanches matins de la saison. Mes parents sont plutôt matinaux, il faut toujours être là pour le départ de la première chaise lors de l'ouverture à 8h30. Le damage des pistes principales est toujours impeccable (même les lendemains de tempête…) et les conditions restent bonnes jusqu'à notre départ, habituellement en fin de matinée.

Année après année, l’ouverture de la saison suivante ne venait jamais assez vite à mon goût. J'ai vécu de beaux moments à Bromont : dans la piste St-Hyacinthe à la mi-montagne du Mont Soleil, en passant par les nuits blanches entre amis au mois de février ou les fins de saison à Pâques où nous n’étions que cinq sur la montagne, tous restent de bons souvenirs. Puis, j’ai quitté le nid familial pour les études et j’ai cessé temporairement d’être membre à Bromont. Vers la fin de mes études, je me suis remis à skier; mon budget d’étudiant aimait bien les abonnements de soirée bon marché de Bromont. Le déménagement, le travail et la fondation de ma propre petite famille m’ont un peu éloigné…Une chose demeure : Bromont est et restera toujours la montagne par excellence pour partager une journée de ski avec des amis, peu importe leurs habiletés de skieur.

Cette visite guidée fait partie de la série «Suivez le guide», réalisée par les chroniqueurs de ZoneSki, publiée sporadiquement depuis janvier 2015. Tous les textes sont disponibles sur la page de la série!

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.