NOUVELLES
29/02/2016 11:15 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

"Violations" du cessez-le-feu en Syrie: prudence de la Maison Blanche

La Maison Blanche a assuré lundi ne pas être surprise par les informations concernant d'éventuelles violations de la trêve en Syrie, mais a souligné qu'il était trop tôt pour en tirer des conclusions sur le devenir du processus.

"Nous savons qu'il y a des informations selon lesquelles il y a eu des violations", a déclaré Josh Earnest, porte-parole de Barack Obama, rappelant que l'exécutif s'attendait à ce que la mise en place de la trêve soit difficile.

La présidence américaine a-t-elle déterminé qui avait violé ses engagements et, en particulier, si Moscou, allié de Damas, avait tenu parole?

"A ce stade, il est trop tôt pour s'exprimer sur ce point", a répondu M. Earnest. "Il y a une méthode, un mécanisme pour vérifier ces informations et évaluer si tous ceux qui ont signé respectent leurs engagements", a-t-il poursuivi.

"Nous allons continuer à surveiller la situation de près", a-t-il encore ajouté, insistant sur l'importance de la dimension humanitaire de la trêve.

Mettant à profit cette trêve sans précédent en près de cinq ans de guerre, qui exclut les groupes jihadistes, l'ONU a annoncé qu'elle porterait assistance dans les cinq prochains jours à 154.000 personnes dans des localités syriennes assiégées par des belligérants.

"Pouvoir acheminer de la nourriture, de l'eau et du matériel médical vers certaines communautés est d'une importance cruciale et pourrait sauver des vies", a insisté le porte-parole de M. Obama.

Lundi, des bombardements et des tirs limités ont entaché la cessation des hostilités qui s'applique dans les zones de combats entre régime et rebelles marginalisés par la montée en puissance des groupes jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et du Front Al-Nosra.

A Genève, le groupe de travail chargé de surveiller la mise en oeuvre de la cessation des hostilités devait se réunir lundi pour s'assurer, selon le patron de l'ONU Ban Ki-moon, que ces accrocs "ne se poursuivent plus" et que la trêve, entrée en vigueur samedi, continue.

jca/elm