NOUVELLES
29/02/2016 14:00 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

Sursis pour les restaurateurs dans la guerre du sel à New York

Les restaurateurs new-yorkais ont obtenu lundi un sursis judiciaire face à la mairie qui veut, pour des raisons de santé, les obliger à signaler les aliments très salés sur leur menu, une première aux Etats-Unis.

Un juge d'appel de Manhattan a accepté une demande de l'Association nationale des Restaurants pour ce sursis: sans cette décision de dernière minute, les chaînes de restauration ne signalant pas sur leur menu les aliments très salés par le dessin d'une salière risquaient une amende de 200 dollars à partir de mardi.

L'Association, qui conteste en justice cette nouvelle réglementation votée le 9 septembre, s'est réjouie de ce sursis face à une réglementation qu'elle juge "illégale et sans précédent".

La mesure concerne uniquement les chaînes comptant au moins 15 établissements aux Etats-Unis.

La mairie veut qu'ils signalent, par une salière blanche dans un triangle noir apposée sur leur menu, les plats dépassant 2,3 grammes de sodium, soit plus que l'apport maximum quotidien recommandé.

Le sel, souvent très présent dans les aliments transformés, est la principale source de sodium et sa consommation accrue est associée à l'hypertension et à un risque plus élevé de cardiopathies et d'accidents vasculaires cérébraux, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La mesure de lundi n'est cependant qu'un sursis pour les restaurateurs, pas une décision sur le fond, et la mairie s'est dite "confiante" qu'au final, les tribunaux lui donneront raison.

Une autre juge, Eileen Rakower, avait la semaine dernière estimé que les autorités sanitaires de New York étaient dans leur droit, en imposant cette nouvelle réglementation dans le but d'améliorer la santé des New-Yorkais.

New York est depuis des années à la pointe de la lutte contre la malbouffe aux Etats-Unis. En 2006, la ville avait banni les acides gras trans des mêmes chaînes de restaurants et de cafés. En 2008, elle était devenue la première ville du pays à obliger les chaînes de restaurants à afficher le nombre de calories sur leurs menus.

Mais en 2014, l'ancien maire de New York Michael Bloomberg avait en vain tenté d'interdire les sodas individuels de plus de 0,5 litre. La justice lui avait donné tort.

bd/bdx