NOUVELLES
29/02/2016 06:45 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

Pologne: perquisition chez la veuve du général Jaruzelski

Un organisme d'Etat polonais qui instruit les crimes communistes a annoncé lundi des "opérations" au domicile du dictateur communiste, le général Wojciech Jaruzelski, en pleine polémique sur la collaboration présumée de Lech Walesa avec le régime dans les années 70.

Les procureurs de l'Institut polonais de la mémoire nationale (IPN) "procèdent à des opérations au domicile de la veuve du général Wojciech Jaruzelski" à Varsovie, a annoncé la porte-parole de l'IPN, Agnieszka Sopinska-Jaremczak, sans plus de précision.

Cette perquisition intervient deux semaines après une descente de l'IPN chez la veuve du général Czeslaw Kiszczak, proche collaborateur à l'époque communiste du général Jaruzelski.

L'IPN avait alors saisi des documents censés prouver une collaboration du dirigeant historique du syndicat Solidarité Lech Walesa avec la police secrète communiste dans les années 1970-1976.

Lech Walesa rejette fermement ces accusations, qualifiant de "faux grossiers" les documents saisis et publiés par l'IPN.

Des dizaines de milliers de Polonais ont manifesté samedi et dimanche dans les rues à Varsovie et à Gdansk (nord) leur soutien à Lech Walesa.

Le général Wojciech Jaruzelski, décédé en mai 2014 à l'âge de 90 ans, avait imposé la loi martiale à son pays le 13 décembre 1981 pour tenter en vain de mater le mouvement Solidarité.

Le général Jaruzelski fut également accusé d'avoir été dans sa jeunesse un collaborateur des service du contre-espionnage, responsables après la guerre 1939-1945 d'avoir exécuté des opposants au régime communiste imposé à la Pologne par Moscou.

bo/mrm/cls