NOUVELLES
29/02/2016 05:41 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

Nigeria: Buhari ouvre une enquête après le dernier conflit meurtrier entre bergers et agriculteurs

Une enquête a été lancée par le gouvernement du président Muhammadu Buhari à la suite d'affrontements entre éleveurs musulmans et cultivateurs chrétiens, qui ont fait des "centaines" de morts dans le centre du Nigeria, a-t-on appris lundi de sources officielles.

Des éleveurs peuls et des habitants de quatre villages d'agriculteurs munis de machettes et d'armes à feu se sont affrontés la semaine dernière, énième épisode de violences d'une bataille de longue date à propos des droits de pâturage dans la région.

"Des centaines de vies ont été perdues", a déclaré à l'AFP Dehen Igbana, responsable de l'Etat de Benue (centre). "Le gouvernement a mis en place une commission d'enquête qui devrait se rendre dans la région de manière imminente", a-t-il ajouté.

Le président Buhari s'est dit "profondément choqué" par les derniers affrontements dans un communiqué dimanche soir. "Nous allons mener une enquête pour savoir exactement ce qui est arrivé," a-t-il annoncé, appelant les Nigérians à vivre en harmonie.

Des tensions existent depuis longtemps entre les éleveurs peuls et les cultivateurs au sujet de l'accès aux terres et à d'autres droits fondamentaux.

Le ton est monté récemment dans l'Etat de Benue, où de nombreuses maisons ont été rasées dans la zone d'Agatu avant que l'intervention des forces de sécurité ne ramène le calme samedi.

Benue se trouve à cheval entre le Sud plus riche et majoritairement chrétien, et le Nord musulman très pauvre.

Les éleveurs nomades musulmans peuls se voient reprocher des attaques régulières contre les communautés chrétiennes, composées majoritairement d'agriculteurs sédentaires.

Des groupes peuls accusent en retour les agriculteurs de voler leur bétail. Les chefs peuls soutiennent que leur peuple est victime de discriminations malgré sa présence dans la région depuis des générations et est privé de ses droits fondamentaux, dont l'accès aux terres, à l'éducation et aux responsabilités politiques.

Ces tensions dégénèrent souvent en affrontements qui ont fait des milliers de morts dans le centre du Nigeria ces dernières années.

joa/sf/ccr/fra/jlb