NOUVELLES
29/02/2016 05:31 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

Mini remaniement et fin de la crise politique au Danemark

Le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen a annoncé lundi la nomination d'un nouveau ministre de l'Environnement après la démission d'Eva Kjer Hansen qui a permis d'éviter la chute du gouvernement.

Mercredi, un petit parti de la fragile majorité parlementaire de droite menaçait de faire tomber le gouvernement libéral en exercice depuis huit mois, en liant son soutien au départ de la ministre, accusée de céder au "lobby paysan" sur les normes encadrant l'utilisation des engrais.

Affirmant ne pas vouloir constituer un obstacle pour le gouvernement, Mme Kjer Hansen a démissionné et a été remplacée par Esben Lunde Larsen, qui change de portefeuille. Il était depuis juin à la tête du ministère de l'Éducation, où lui succède Ulla Tornaes.

Titulaire d'un doctorat en théologie, M. Lunde Larsen, 37 ans, avait étonné le Danemark laïc en affirmant qu'il croyait en Dieu au moment de sa nomination en juin.

Sa réputation est entachée par des accusations de plagiat: il est soupçonné d'avoir omis dans sa thèse de citer certaines sources. L'université de Copenhague, où il l'a soutenue, a mis en place une enquête interne.

Au parlement, M. Rasmussen, au pouvoir depuis juin, peut compter sur le soutien de son propre parti (Venstre, 34 élus), du Parti populaire danois (DF), formation hostile à l'immigration forte de 37 parlementaires, de l'Alliance libérale (13 mandats) et de De Konservative (6 mandats), ce qui constitue une majorité étriquée de 90 sur 179 sièges.

str-je/cbw/pjl