NOUVELLES
29/02/2016 02:26 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

La Chine abaisse à nouveau les ratios de réserves obligatoires des banques (PBOC)

Pékin a de nouveau abaissé les ratios de réserves obligatoires imposés aux établissements financiers, leur permettant ainsi d'accorder davantage de crédits, a annoncé lundi la banque centrale chinoise (PBOC), soucieuse de soutenir l'activité dans la deuxième économie mondiale.

L'institution a annoncé que ce taux de réserves obligatoires, c'est-à-dire la part de leurs dépôts que les banques sont tenues de garder dans leurs coffres sans pouvoir les prêter, allait diminuer de 0,5 point de pourcentage.

La mesure, en augmentant mécaniquement le volume de leurs prêts disponibles, est destinée à "maintenir le niveau de la liquidité" utilisable et du crédit, a expliqué la PBOC dans un communiqué.

Alors que la conjoncture chinoise ne cesse de s'assombrir, avec une demande atone et un essoufflement du secteur industriel, ce nouveau coup de pouce de la banque centrale était largement attendu.

La PBOC n'a déjà pas ménagé sa peine pour soutenir l'économie du géant asiatique, à l'heure où calent ses moteurs de croissance: depuis fin 2014, elle a abaissé par six fois ses taux d'intérêt pour baisser le coût du crédit et a réduit à de multiples reprises les ratios de réserves obligatoires imposés aux banques.

Le dernier assouplissement de ce type remontait à octobre.

Cette politique ultra-accommodante semble avoir modérément porté ses fruits, mais elle s'est également traduite récemment par une envolée des prêts bancaires et de l'endettement, aggravant les risques de crédit (créances douteuses).

Pourtant, de l'avis des experts, Pékin --qui doit dévoiler cette semaine son objectif de croissance pour 2016-- n'a pas d'autre choix que d'assouplir encore davantage sa politique monétaire et d'adopter des mesures supplémentaires de relance s'il veut éviter un atterrissage brutal de son économie.

jug/ple/pt