NOUVELLES
29/02/2016 13:07 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

Geste d'apaisement argentin vers le FMI avec la publication de rapports

L'Argentine, qui refuse depuis 2006 les évaluations annuelles du FMI, a fait un geste d'apaisement vers l'institution en lui demandant et en obtenant la publication de plusieurs rapports récents établis sur son économie, a-t-on appris lundi.

Les précédents gouvernements argentins avaient réduit au minimum leurs relations avec le Fonds monétaire international --tenu pour responsable du défaut de paiement de 2001-- en refusant notamment les rapports annuels de l'institution sur ses Etats-membres rédigés après l'envoi d'équipes du FMI dans le pays.

Le gouvernement de centre-droit arrivé au pouvoir fin 2015 à Buenos Aires semble, lui, décidé à changer de cap et a convaincu le FMI de publier des rapports informels moins détaillés qui avaient été établis par l'institution entre 2013 et 2015, a indiqué le Fonds lundi.

"L'activité économique a fortement chuté au cours de l'année passée, après qu'une série de chocs externes a révélé des incohérences dans le cadre législatif national", indique un des rapports, daté d'avril 2015, publié lundi par le Fonds.

Le FMI a indiqué avoir dû modifier ses règles internes pour publier l'ensemble de ces documents et précise ne l'avoir fait que parce que l'Argentine était "en train de régler" le problème lié aux évaluations annuelles du FMI.

Selon le Fonds, le nouveau gouvernement argentin estime que la publication de ces rapports informels permettra ainsi de "faire émerger un consensus" dans le pays en faveur d'une reprise des consultations annuelles du FMI.

L'Argentine reste par ailleurs sous le coup d'une procédure de sanctions au FMI engagée début 2013 par l'institution pour dénoncer le manque de fiabilité des statistiques économiques argentines, notamment sur l'inflation.

jt/jld/elm