NOUVELLES
29/02/2016 13:34 EST | Actualisé 01/03/2017 00:12 EST

En pleurs, Devante Smith-Pelly regrette de quitter l'organisation du Canadien

MONTRÉAL — Le seul échange de Marc Bergevin lundi n'a pas secoué les fondations de la Ligue nationale, mais il a fortement ébranlé le joueur impliqué.

Peu de temps après avoir appris qu'il devait faire ses valises vers le New Jersey, Devante Smith-Pelly n'a pu retenir ses larmes au fur et à mesure où il répondait aux questions des journalistes non loin du vestiaire de l'équipe à quelques heures du match contre les Sharks de San Jose.

«Un choc, j'imagine, a-t-il d'abord commenté. Je m'y attendais un peu lorsque j'ai vu que l'équipe avait acquis un autre ailier droit plus tôt durant la journée.

«Je ne connais pas la composition de leur formation, a-t-il ajouté en parlant des Devils, mais je suppose qu'il s'agit d'une nouvelle opportunité.»

C'est lorsqu'il a été invité à livrer un message aux partisans du Canadien que Smith-Pelly a eu beaucoup de difficultés à contenir ses émotions.

«Merci je suppose. J'aimais ça là-bas. (La ville) va me manquer», a-t-il admis tout en refoulant ses sanglots.

Acquis il y a un an des Ducks d'Anaheim, Smith-Pelly aura représenté une déception chez le Canadien. En 66 matchs en carrière à Montréal, il s'est contenté de sept buts et huit mentions d'assistance. En 46 parties cette saison, il a obtenu six buts et autant d'aides. Samedi soir, face aux Maple Leafs de Toronto, Smith-Pelly avait enregistré le but victorieux dans un gain de 4-1.

Bergevin a reconnu lundi que la direction de l'équipe savait que Smith-Pelly était un joueur qui pouvait manquer de régularité, lorsqu'elle a acquis ses services.

«On espérait que ça change à Montréal et il a eu de la difficulté, j'espère pour lui que sa carrière va se développer au New Jersey.»