NOUVELLES
28/02/2016 09:27 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Une coalition des forces souverainistes: encore beaucoup de travail à faire

MONTRÉAL — Bien que le Parti québécois ait tendu la main à Québec solidaire et à Option nationale cette fin de semaine, la mise en place d'une coalition des forces souverainistes semble encore lointaine.

En entrevue dimanche, le chef d'Option nationale Sol Zanetti a salué l'ouverture du chef péquiste à l'égard du scrutin proportionnel, une idée qu'il qualifie de «rassembleuse».

Lors du conseil national péquiste, samedi, Pierre Karl Péladeau a invité les militants de son parti à réfléchir à l'idée de modifier le mode de scrutin pour y inclure des éléments de proportionnelle.

En décembre dernier, le député solidaire Amir Khadir avait déclaré que le système uninominal à un tour actuel était la principale entrave aux alliances.

Bien qu'il s'agisse «d'un pas dans la bonne direction», il est toutefois clair pour M. Zanetti qu'aucune coalition indépendantiste ne pourra voir le jour sans que le Parti québécois (PQ) revoit sa stratégie pour réaliser la souveraineté du Québec.

Le chef d'Option nationale demande à Pierre Karl Péladeau de dire clairement aux électeurs lors de la prochaine élection générale en 2018 qu'un vote pour le PQ est un vote pour l'indépendance du Québec.

«L'important c'est qu'on sorte de l'ambiguïté et surtout qu'on remette pas ça à plus tard, aux calendes grecques, à un deuxième mandat ou à un moment jugé opportun, précise M. Zanetti. Il y a eu beaucoup de créativité au cours des 20 dernières années pour ne pas prendre d'engagement, là il faut qu'on sorte de ça.»