NOUVELLES
28/02/2016 01:41 EST | Actualisé 28/02/2017 00:12 EST

Netanyahu se félicite du cessez-le-feu en Syrie, mais dénonce "l'agression" de l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité dimanche du cessez-le-feu en Syrie, tout en exigeant la fin de "l'agression" de l'Iran contre Israël à partir de Syrie, a indiqué un communiqué.

"Nous nous félicitons des efforts déployés pour parvenir à un cessez-le-feu stable, à long terme et réel en Syrie", a affirmé M. Netanayhu lors du conseil des ministres hebdomadaire.

Une trêve des combats en Syrie d'une ampleur sans précédent depuis le début de la guerre entre le régime et les rebelles est entrée en vigueur samedi.

"Mais en même temps il est important que les choses soient claires: tout arrangement en Syrie doit comprendre la fin de l'agression iranienne contre Israël à partir du territoire syrien", a ajouté M. Netanyahu.

"Nous n'accepterons pas la fourniture d'armes sophistiquées au Hezbollah à partir de la Syrie ou du Liban, nous n'accepterons pas la création d'un deuxième front terroriste sur le plateau du Golan", a prévenu le Premier ministre à propos du plateau du Golan conquis puis annexé par Israël sur la Syrie.

"Tout ceci constitue les lignes rouges tracées par l'Etat d'Israël et elles le resteront", a ajouté le Premier ministre.

Depuis le début du conflit en Syrie, qui dure depuis près de cinq ans, des informations ont fait régulièrement état de frappes israéliennes sur des positions de l'armée du président Bachar al-Assad ou de son allié libanais le Hezbollah chiite, bête noire d'Israël, qui s'est gardé de confirmer officiellement ces attaques.

Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon s'était montré lundi sceptique sur les chances d'un cessez-le-feu en Syrie. "Il m'est difficile de voir un cessez-le-feu stable alors que Daesh (l'organisation de l'Etat islamique) et le Front al-Nosra (la branche d'Al-Qaïda en Syrie) ne sont pas partie prenante du processus et que les Russes disent: tant que ces deux organisations agiront nous les frapperons".

jjm/jlr/hj